Partagez | 
 

 Je rentre à ma maison !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar
Test rang

Messages :
199

Date d'inscription :
22/07/2014

Arcane / Pouvoir :
DIEU

Age :
23

J'habite à :
Beaune

Mon Shopping :
Test rang
MessageSujet: Je rentre à ma maison !   Mar 19 Jan - 13:18
Mikelangelo A. Kirilichev
Axel/Reno (KH/FF7)
Mikelangelo Axel Kirilichev
Hétérosexuelle
24 ans
Team Avalon/ Hybride Dracaufeu
Ex-Pokemon de Chronos/Douanier
Né à Kalos/ Lavandia Hoenn
Attaques
♦ Feu de l'Enfer
♦ Lance-Flamme
♦ Draco-griffe
♦ Seisme
Et possède la CS Vol.
Avec un peu de chance cette année, le Père Noël m'apportera un réveil qui ne fait pas de bruit
Physique •
U.C

Caractère •
Pour faciliter la chose et parce que j'ai envie et que je fais ça comme je veux, je vais donner des mots pour décrire Mikelangelo, comme ça, facile de le comprendre le spécimen. De toute façon, il est plus souvent difficile à comprendre et à supporter qu'à cerner en fait... Je vais commencer par les deux choses les plus évidentes chez lui.

Chiant. Qu'est-ce qu'il est chiant ce mec, et encore, le mot paraît faible. Il est d'une lourdeur sans nom. On ne sait jamais quand il est sérieux et quand il ne l'est pas. Le Dracaufeu semble dire tout ce qui lui passe par la tête sans faire attention, et surtout n'hésitant pas à en rajouter des tonnes. Ce qui fait de lui quelqu'un qui adore avoir des réactions extrêmement exagérée. Pourtant c'est à se demander ce qui le touche réellement... Il prend tout comme il veut, et n'hésite pas à faire savoir son point de vu et ses envies. Le plus énervant chez lui c'est qu'il ne prend que rarement compte des remarques qu'on peut lui faire, comme il le dit si souvent : Tu peux te les mettre où je penses tes réflexion. Ça lui passe au dessus, comme si le venin des autres glissait sur lui comme la pluie glisse sur les plumes d'un canard. Et mon comparatif est très bien alors merci de ne pas commenter. De par son attitude, ses mimiques ou même sa façon de parler, Mikelangelo sait être ennuyant, et c'est à se demander s'il sait s'arrêter. Parfois on le prend pour un débile, pourtant il le sait très bien et en joue. Dans un sens.. on pourrait presque dire que c'est un force son affaire. Mais c'est certainement la description que beaucoup lui donnerait si l'ont devait donner un seul mot.

Grande Gueule. Bien évidement, c'est lié à son côté chiant, on n'est pas chiant si on est pas du genre à trop l'ouvrir tout le temps à tel point que ça peut en être épuisant et demander de l'aspirine. Que ce soit en quantité et en contenu, Mikelangelo réfléchit toujours rapidement et de façon efficace à comment répondre de la façon la plus agaçante du monde. Bon, l sait parler sans non plus envoyer des vannes à tout va, mais faut avouer qu'il en fait énormément et pour rien. Ses répliques se font beaucoup plus mauvaises quand il déteste la personne, mais en fait il semble difficile pour lui de réellement haïr, actuellement cela ne se résume qu'à quelques personnes tout au plus. Mais autant dire qu'il n'est pas du genre à sauter sur vous et à vous dire combien il aime, traiter une amie de vieille ou alors de poissons divers et varié avec le sourire est visiblement mieux. Autant dire qu'avec sa façon de s'exprimer et d'exprimer ce qu'il pense, il est difficile de savoir si on peut faire confiance à cet homme. Il donne l'impression de se foutre absolument de tout, alors qu'est-ce qui est vrai et qui est faux dans ses propos ? Seuls les personnes les plus observatrices ou le connaissant le plus pourront le dire. Mais une chose est sûre, c'est qu'avec lui, il ne faut pas prendre au pied de la lettre tout ce qu'il dit, car lui-même ne le fait pas.

Egoiste. Oh ça pour sûr il l'est, Mikelangelo ne pense bien souvent qu'à sa petite personne. On pourrait rajouter les gens qu'il apprécie dans le tas, mais il est parfois difficile de savoir qui il apprécie réellement comme un ami cher et ceux que c'est juste sympa de côtoyer. Loin de lui les pseudo idée d'aider les hybrides dans le besoin. De corriger l'injustice de ce monde oh que non. Pourtant ce n'est pas faute d'avoir été un esclave, forcé d'être le pokemon de la Team du chef de Chronos, d'avoir vu sa liberté être retiré. Non même pas. Tout va bien maintenant c'est le principal. Il n'a du coup aucune réellement notion du bien et du mal. Des choses dites anormales ou choquantes ne l'affecteront pas plus que ça, tant que son monde n'est pas touché, il s'en fiche. La bonté de toute façon ça n'a jamais payé. La seule personne qu'il est évident d'office qu'elle rentre dans la catégorie « je ferais tout pour ton bonheurs » actuellement, c'est sa sœur cadette bien aimé. (bon en fait il adore sa mère aussi, mais elle est bien assez forte seule et elle lui fait peur alors inutile de s'en faire quoi.)

Joyeux. Malgré tout ses défauts, si on est quelqu'un qui déteste s'ennuyer, autant dire qu'il est la bonne personne. Le Dracaufeu est vif et adore faire tout et n'importe quoi, bien souvent tant qu'il s'agit pas de bosser il est partant. Au moins il fait partit de ceux qui considère qu'on a qu'une vie et qu'il vaut mieux en profiter avant qu'il ne soit trop tard. Un rien l'amuse, un rien peu le distraire. Souvent on dirait un enfant qui agit de manière exagéré pour montrer que quelque chose lui fait plaisir. Il est par ailleurs difficile à réellement énervé. S'agacer, soupirer, et se plaindre, ça oui, comme beaucoup, un peu comme un ado qui se plaint que papa et maman ne le laissent pas assez sortir des trucs du genre. Mais il préfère sourire. S'il s'énerve. Autant dire qu'il est du genre à rapidement mordre... Mikelangelo est capable de garder bien souvent cette joie grâce à sa chiantise qui le venge en fait.

Bon élément. Étrangement, malgré sa quantité monstre de défaut qui font de lui un parfait glandeur et le profil type du jeune qui veut pas faire grand chose de sa vie -il suffit de voir comment il a intégré Avalon en fait-, le rouquin démontre en revanche une capacité affligeante à savoir être terriblement efficace. En fait il est du genre à rarement se bouger, mais quand il le fait, il préfère bien faire les choses pour éviter de recommencer tu vois ? Ce serait con de devoir recommencer. Pis parfois on trouve des trucs amusants à faire au boulot et puis... Faut qu'il se dépense. Déjà à Chronos, il s'en sortait toujours bien, doté malgré ce que l'on pense d'une intelligence lui permettant de prendre des décisions par lui-même. Il est un travailleur qu'on redoute de par son caractère mais qu'on apprécie pour au final le résultat. Suffit juste de pas trop regarder comment il procède parfois et c'est bon... Faut avouer qu'il est assez fan d'essayer de piocher parfois dans les bagages ou autre qu'ils interceptent à la douane mais bon faut pas le dire.

A mi-chemin entre le naturel et le mensonge. De part sa capacité à tout prendre comme il veut l'entendre, Mikelangelo tourne les choses et la situations dans son esprit toujours pour voir sur un angle qui lui plaira d'avantage. Et au final réagir comme il l'entend. Pourtant, il a été prouvé mainte fois que le jeunot a pour habitude d'exprimer au tac au tac ce qu'il pense, tant par ses réactions que par les mots. Un drôle de mélange qui ne fait que contribuer au fait que certaines personnes peuvent se demander ce qu'il pense réellement. C'est un peu le genre de gars qui parfois semble montrer tellement que ce qu'il veut qu'on dirait qu'il va préparer un mauvais coût. Mais il a tellement la flemme que c'est pas le cas...

En bref, vaut mieux s'accrocher pour le supporter si vous êtes trop sérieux. Mais sinon, si vous n'êtes pas du genre à vous vexer pour un rien, ben il sera d'une compagnie des plus agréables et amusantes !

Histoire •
Franchement, le début de vie du jeune hybride était des plus bateau. Il est né à Kalos, dans la Capitale à Illumis, dans un grand appartement dans un quartier modeste. Enfin non, si tu veux les détails, il est né dans un hôpital comme tout le monde, mais voilà, dire là où il habite c'est mieux et commence pas à m'ennuyer je raconte son histoire comme je veux ! Bref. Il est donc né là-bas. Sa mère était une jolie jeune femme, une Pandarbare des plus robuste, certainement aussi charmante que forte. Autant dire que c'était le genre de femme qui ne se faisait pas vraiment ennuyer dans la rue. Quant à son père, il était un Dracaufeu, autant dire que le mélange était des plus original et redoutable. Le gamin ? Oh. Vu la couleur de ses cheveux à sa naissance, je crois qu'il n'était pas bien difficile de deviner de quel côté il avait prit. Une crinière de feu voilà ce qu'il avait, non pas légèrement roux, mais d'un rouge vif et puissant. Il n'était pas difficile de deviner potentiellement son type au moins. Bref, maintenant venu au monde, il était temps d'annoncer fièrement le nom de cette petite chose. Mikelangelo Axel Kirilichev. Ok. Je crois qu'il faudra leur dire qu'il faudra faire plus simple pour la prochaine fois -reste à savoir s'ils le feront-, mais c'était décidé et c'est avec son nom à rallonge qui parfois raisonnait dans les couloirs de la maison qu'il fit ses premiers pas dans la vie. Rien de particulier à signaler très franchement. Il vivait sa vie normalement et de même pour grandir hein. Le seul détail étant qu'en tant que jeune Salamèche il était un peu important de lui apprendre à ne pas laisser cette maudite queue traîner partout, au risque de finir par faire un feu de joie dans l'immeuble. Non merci franchement. Déjà à cet âge, dès qu'il put l'être, l'enfant se montrait plutôt turbulent et vif, il était le premier à bouger, à faire et parfois dire des bêtises. Je peux vous assurer qu'il s'en est mangé des tartes dans la gueule et ce dès quatre ans. Mais bon, il n'en restait pas moins mignon. Et il eut alors la surprise de voir le ventre rond de maman donner naissance à un nouveau venu dans la famille. Ou plutôt devrais-je dire, une nouvelle venue.

Eh ouais, un jolie petite sœur rien que ça ! Alors qu'il avait fêté ses 5 ans il y a peu, une petite chose toute rouge arriva alors à la maison dans les bras aimants de sa mère. C'est avec des grands yeux ronds curieux qu'il s'en était approché. Sur le coup, il c'était dit que c'était mignon, mais que c'était bof, parce qu'il ne pourrait même pas jouer avec, c'est trop petit. Un coup prit sur le sommet du crâne pour ne pas parler ainsi de sa petite sœur, Mikelangelo se montra malgré tout rapidement très content et soucieux de sa sœur. Rellina, c'était son prénom. Et malgré ce qu'il avait put dire au début la concernant, il était rapidement devenu un grand frère presque étrangement responsable avec elle, l'emmenant alors avec lui à droite et à gauche, parfois il la surveillait, essayait de la porter. Bref, il était au final persuadé qu'il était devenu le grand frère parfait pour cette petite chose qui au final prenait grand plaisir à s'accrocher à lui. Comme tout môme ils s'engueulaient parfois, ça pleurait -et autant dire que se réconcilier entre frère et sœur était bien plus simple que de songer seulement à la tête de leur mère qui viendrait les engueuler, cette femme était vraiment effrayante sérieux...-. Mais rien de bien particulier à souligner, en fait ils étaient heureux à cette époque. Leur effrayante mère restait malgré tout la meilleure -de toute façon s'il osait dire le contraire même pour rire autant dire qu'il avait intérêt à vite courir pour espérer fuir son courroux en vain-. Le père bien qu'un peu moins présent restait des plus respectable, et présent auprès de sa femme et de ses enfants. Le frère et la sœur... Impossible de les défaires, presque toujours fourré ensemble c'est dire. Sauf à l'école parce qu'ils n'étaient dans la même classe, mais visiblement cela n'empêchait pas Mimi de parfois venir jouer les super-héros auprès d'elle si on l'ennuyait. Oui. C'était la belle époque certainement et elle dura sept ans.

C'est vers ses dix ans que le jeune garçon évolua pour la première fois, une joie et une fierté qui ne dura pas si longtemps que ça en fait finalement. La petite Rellina venait tout juste de les fêter, il y a peu, l'aîné quant à lui avait douze ans, logique. Depuis quelques temps, papa et maman s'engueulaient plus que d'habitude, c'est ce qu'avait remarqué la petite fille. Ce à quoi l'aîné y répondait en affirmant tout en prenant la petite dans ses bras pour la rassurer.

- T'en fais pas Reli. Ce n'est rien c'est normal de se disputer quand on s'aime non ?

Malgré son côté assez tête de mule et gamin turbulant, il semblait visiblement assez naïf encore sur certains points, encore heureux. Toujours est-il qu'il préférait dans ce genre de cas emmener sa petite sœur faire un tour et oublier un peu les soucis. La situation resta tendu dans leur chez eux durant un mois environs, avant de finalement voir tout ce qu'il pensait comme acquis et infini se briser. Il avait été dit que papa et maman devaient parler avec leurs enfant au calme, un peu... Malgré les protestations pour rester ensemble, la mère partit alors faire un tour avec la plus jeune, tandis que l'aîné se retrouvait seul avec son paternel. Croisant les bras les joues gonflés, il ne semblait pas des plus ravis. Mais qu'importe, l'adulte demanda au plus petit de préparer un sac avec ses affaires. Il protesta en demandant pourquoi et refusa de le faire. C'est en soupirant que le paternel attrapa alors son fils par le bras pour le prendre sur son dos, affirmant qu'ils avaient besoin de parler. Chacun devant expliquer à l'autre qu'ils allaient se séparer et que... Ben voilà quoi. C'est des trucs de grand. Mais ce qu'il ne savait pas, c'est qu'en se rendant chez sa grand-mère, son père ne comptait pas le ramener à la maison. C'est au bout d'une semaine chez cette vieille peau que le jeune rouquin recommença à se plaindre qu'il voulait rentrer, et voir sa mère et surtout sa petite sœur. Finalement, le père affirma qu'il allait pouvoir garder la petite et qu'il allait donc la chercher. La joie légère et étrange ne fut que de courte duré, puisqu'il n'est jamais revenu avec elle...

- Papa. T'as fait quoi.... Ramène moi tout de suite trou du cul !

Un gifle vola, on ne parle pas comme ça à ses parents, c'est ce qu'on lui avait souvent dit. Mais faut avouer que c'était le cadet de ses soucis et les jours suivant il passait son temps à fuir de la maison pour rentrer. Mais il apprit que leur ancienne demeure était vide, elles n'étaient plus là. Père disait que c'était sa mère qui avait fuit avec Rellina, que c'était de sa faute s'ils n'étaient plus ensemble. Mikelangelo ne l'a jamais cru. Cependant il dut se résoudre à arrêter de partir bêtement pour rien. C'est à Hoenn qu'on songea à le remettre à l'école. Enfin, si c'était réellement utile, car faut avouer qu'il avait toujours été du genre vilain garçon, mais autant dire qu'il allait à l'école que quand il avait envie, c'est à dire très peu. Et quand il y était, on n'en voulait pas parce qu'il faisait n'importe quoi. Autant dire qu'il était entré à pied joint dans la crise d'adolescence en étant bien chiant comme il faut.

Le plus drôle dans tout ça selon lui, c'est que son père tentait parfois des approches débiles, et parfois il n'était plus là. Une fois il s'est barré pendant plusieurs jours. Qu'avait-il dit avant de partir ? Un truc de ce genre il croit...

- Je pense qu'on a assez ennuyé mamie tu ne crois pas Mikelangelo ?
- A qui le dis-tu. Mais c'est bon pas besoin de me parler comme à un bébé, t'as pas besoin de faire semblant t'as pas hésité à m'embarquer de force avec toi j'suis plus à ça près.
- ... En fait. J'aimerais faire en sorte qu'on rejoigne une femme, ça pourrait être pas si mal non ?
- Ah ben t'as pas chômé pour remplacer maman ! J'veux pas. Je préfère rester ici.
- Non c'est pas exactement ça. En fait... Tu. On pourrait vivre avec ton demi-frère, il est à peine plus âgé que ta soeur j'me dis qu-
- Quoi ? Non mais va te faire foutre, toi et ta morue vous pouvez vous barrez ensemble en amoureux j'en ai rien à faire j'ai pas besoin de toi le vieux t-

Une nouvelle fois une claque tomba. Il devenait de plus en plus effronté et cela devait cesser. Il comptait bien demander à sa grognasse de vivre avec. Alors comme ça il était allé voir une autre femme ? Il n'avait que treize ans à l'époque, mais il avait parfaitement compris où était le soucis. Tu m'étonnes que maman t’ai foutu à la porte... Et encore, il serait presque tenté de dire qu'il s'en était bien sortit la connaissant. Finalement, son père était quand même partit, comme ça. Du coup... Il avait reprit sa petite vie de rebelle. A toujours à dire ou faire des bêtises. Autant dire que sa grand mère n'en pouvait plus de ce rouquin qui faisait n'importe quoi, et visiblement en grandissant ça ne s'arrangeait pas au contraire... Autant le dire, Mikelangelo n'a pas foutu grand chose de sa vie, il est un peu ce qu'on pourrait appeler un mauvais exemple, un jeune homme raté. Il n'allait pas spécialement à l'école. Rien ne l'intéressait. Quand on lui demandait s'il ne voulait pas faire un boulot, il répondait qu'il avait la flemme de bosser. Préférant s'amuser ou alors draguer les nanas quand il était en âge. Bref, le genre d'enfant qu'on aurait jamais aimé voir grandir comme ça. Mais ce n'était pas son père qui allait redire quelque chose, en fait, il n'avait aucune idée de la discussion qu'il avait eut avec cette femme, mais il était revenu aussi attristé qu'en colère. En fait, cet homme est pitoyable aux yeux de Mikelangelo. Le genre qu'il ne voulait pas devenir. A force de trop vouloir, on a rien. Bien fait. Au final on est très bien dans son petit train de vie, c'est ce qu'il pensait.

Lorsqu'il eut alors tout juste vingt ans et fraîchement évolué, notre glandeur professionnel se fit alors vite fait bien fait dégager de la maison, la vieille qui se fatiguait de plus en plus en avait on va dire... Assez d'avoir un glandu comme lui chez elle. Et l'avait alors mis dehors en lui ordonnant de rentrer quand il aura trouver un boulot pas avant. Alors que fait notre homme digne et responsable ? Rien du tout bien sûr. Il se mit d'ailleurs en tête de se barrer comme ça. Entrant vite fait pour récupérer des affaires et le voilà en mode nomade. Parfois des gens cool l'hébergeaient. Il était vif et souriant malgré tout, ça aide. C'est qu'il est sociale le monsieur. C'est à cette époque qu'il se fit même un ami, un poto Feurisson. Cool. Notre jeune homme traînait toujours avec cet idiot qui était pas un exemple de la société non plus. Mais faut avouer qu'en fait il s'amusait bien à cette époque quand même. Parfois il avait l'espoir de croiser sa sœur au détours d'une rue mais bon. Quel était le défis du jour. Voler un supermarché ? Pari tenu ! C'est ce qu'ils firent. De la mauvaise graine tout ça j'vous dis. Au moins, le seul avantage de cette période c'est que notre jeune homme avait appris deux choses, un la débrouillardise. Et deux, à ne pas se laisser marcher sur les pieds et pas qu'un peu. Bref, leur méfait accomplis c'est en riant comme des môme qu'ils s’éclipsaient dans les bois, tenant alors leur butin qui leur servirait de repas ce soir. Une fois installé un peu plus loin, menant son train de vie -un peu misérable faut l'avouer mais bon, il ne se soucie jamais de l'avenir-, un homme ailé arriva. Et attrapa le plus jeune par le col.

- Bordel ! T'es qu'un abruti Mikey ! T'en as pas marre de faire des conneries ? Tu crois que c'est ce que ta mère et ta sœur auraient voulu ?
- J'm'en balance. Sont pas là pour voir. Retourne donc te trouver quelqu'un pour t'aimer, sinon tu n'auras pas de gentille femme pour s'occuper de toi à ta retraite.
- Bon. Stop, on rentre à la maison et tu fais enfin quelque chose de ta putain de vie.
- Cours toujours. Tu crois quoi ? Que je vais t'écouter sagement ? C'est finit ça, tu peux plus me balader où bon te semble.

Avait-il dit finalement en le repoussant. Et finalement c'est sous les yeux de cet ami qu'ils se battirent. Bêtement... De quoi attirer l'attention d'une patrouille de Chronos qui était dans le coin. Comment cela c'était terminé ? De la façon la plus stupide qui soit, c'est à dire une piqûre. Un sédatif. Et puis plus rien. Les hybrides feu tombèrent alors dans un sommeil profond pour se faire transporter jusqu'au QG. Un peu con faut l'avouer, et faute à pas de chance. C'était trop facile et ridicule.

Lorsque que le jeune homme ouvrit les yeux, il était alors enchaîné et dans une cage, enfin... Une prison. Dans une pièce entièrement fermé, et pas seul. L'hybride sursauta alors, avant de se mettre à tirer vainement sur ses chaînes, l'idée de transformer sa main en griffe pour utiliser Draco-Griffe germa rapidement dans sa tête, mais un coup sur l'arrière de la tête le fit sursauter, se retrouvant alors à tire un peu plus sur le sol, les mains désormais entravé.

- L'est pas assez bien attaché celui-là, serrez un peu tout ça, c'est qu'il pourrait mordre.

Le rouquin souffla alors, se mordant la lèvre inférieur, prêt alors à cacher un jet de flamme sur ces idiot mais cette fois-ci c'est un jet d'eau à la figure qui l'arrêta. Lui et tout les autres hybrides de type feu qui commençaient un peu trop à bouger dans cet espace...

- On s'tient tranquille voilà du beau monde là pour vous alors tenez vous tranquille.

Ce type, il ne savait pas qui il était, mais autant dire qu'il avait qu'une envie, le faire griller vite fait bien fait à coup de lance-flamme. Mais non seulement entravé mais cruellement plus faible que d'habitude, il ne put que regarder alors un jeune brun rentrer. Ce dernier semblait chercher quelqu'un... Et vu la tête et la réaction de son père à ses côtés, l'explication s'installa bien rapidement dans son esprit. Mikelangelo garda le silence, juste... Il n'y croyait pas. C'était alors le môme qu'il avait eut avec l'autre bouffonne sérieusement ? Le regard qu'il lança à son paternel voulait un peu tout dire. Tandis que le jeune brun jubilais de les voir ainsi et affirma qu'il désirait prendre les deux Dracaufeu pour sa pomme. Enfant de pourriture c'est le cas de le dire. Et ça, Mikelangelo ne se gêna pas pour lui faire savoir, alors qu'on le tirait hors de là, de la même façon qu'on choisit ses pomme de terre au marché, il tenta de se ruer sur ce fruit d'une tromperie qui avait alors brisé la famille qu'ils étaient. Il ne put bien sûr pas l'atteindre, retrouvant rapidement le sol. Il était faible, incapable de faire quelque chose de correct, à cause de ces chaînes, de ces types, de ce qu'ils lui avaient donné... De quoi d’enrager. Pourtant c'était pas l'envie de les tuer qui manquait. Il sera son pokemon, son petit esclave docile, le plus vieux il le fit alors ferré et droguer pour le garder en tant que simple esclave à pourrir autant qu'il le voudrait. Mikelangelo intégrerait sa team, un pacte le calmera vite fait et surtout il se ferait une joie de lui mener la vie dure... Alors que ce gamin insupportable répondant au nom d'Aaron -autant dire qu'il était pas près d'oublier sa tête et son nom- était en train de littéralement rire de ce cadeau offert sur un plateau d'argent, un silence tomba. Tandis que les sbires de Chronos ici présent s'écartèrent face à l'arrivé d'un type aux cheveux blond, d'age moyen. Autant dire qu'il en avait fichtrement rien à faire, et n'avait qu'une envie se barrer. Mais à la place, il était condamner à le regarder en silence, de son regard d'assassin cet homme à la prestance impressionnante... Mais détestable.

Il c'était arrêté et avait survolé en silence le monde devant lui, étrangement la tentions était monté d'un cran...  Avant de finalement le pointer du doigt et de dire de la façon la plus simple du monde « je prend ça »... Ok. Heu. Non ? Même son abrutit de demi-frère semblait pas trop d'accord, mais la façon dont il lui a sourit à cet instant, cela voulait tout dire « laisse tomber gamin, c'est à moi, je m'en occupe ». Il se fichait de lui et pourtant, personne ne le contredisait. Était-ce le chef ? Quelqu'un de haut gradé certainement, toujours est-il que c'est en passant à côté d'un nerveux de service et de son père qui le regardait malgré tout d'un air inquiet que le dracaufeu se retrouva alors traîné pour suivre ce type qui lui inspirait carrément pas confiance. Face à lui, dans un bureau, le plus jeune dévisagea le plus âgé. Il avait alors simplement lâché un.

- J'espère que notre partenariat aboutira à de grandes choses.
- … Pardon ?

Au moins la réponse était clair puisqu'il se mangea alors une lame de couteau au bras, crispé, voir son sang couler dans une de ces fichus ball. Oh le fils de.... prostipute ! Pff. Foudroyant du regard cet homme dont le lien venait de se nouer, il avait l'impression littéral qu'on venait de lui passer une laisse autours du coup. Mikelangelo soupira. Bon laisse tomber... En attendant, le voilà conduit devant une pièce fermé solidement, une fois ouverte, on pouvait remarquer qu'il s'agissait en gros d'un appartement réduit au strict minimum... Là dedans qu'il allait vivre ? Se tournant alors vers le blond il lâcha alors avec une mine presque dépité.

- Y a la télé au moins dans votre truc ?
- …. C'est une cellule d'organisation anti-hybride... Pas un hôtel.

On va faire un concours pour savoir qui a l'air le plus dépité des deux. Mais en tout cas, le rouquin râla de façon exagéré.

- Quewa ? Mais t'es un monstre mec, pas de télé ? Qu'est-ce qu'j'vais branler de mes journées ? Pis eh oh. Tu m'écoutes... ? Reviens !  Oh ! J'peux refaire ma déco au moins ? Des poster et tout ?

Il se retrouva poussé à l'intérieur et la porte fermé derrière. Ce sentiment que quelque chose le bridait, c'était horrible, il soupira. La poisse sérieux... Et ce n'était que le début. Au début, Mikelangelo en était réduit à tourner en rond dans cet endroit, de temps en temps il tapait à la porte pour interpeller quelqu'un qui passait. Pour demander des trucs du genre.

- Hey, pssst. Toi. T'as pas un magazine ? J'sais pas depuis combien de temps c'était pas habité ici mais c'est plus d'actualité, m'en faut d'autres là ! Et y a pas d'horaires de sortit ? Pourtant même les chiens on les promène et... Eh ! Mais. Merde quoi reviens ! Pfff.

Et il retournait glander. Souriant en coin avant de rire nerveusement, presque de quoi rendre fou ce genre d'endroit, mais bon. Et bizarrement... Aucune de ses demandes n'avaient aboutit. On attendait quoi ? Qu'il craque dans cet endroit et qu'il devienne obéissant ? Même pas en rêve. Du moins, c'est ce qu'il c'était dit au début... Ce n'est qu'au bout de tris jours de silence radio que son cher « maître » détesté vint le voir. Comme toujours avec son air sérieux. Faut se détendre gars... Enfin bon, pressé de sortir, pour le coup il c'était juste contenté de demander quand il était rentré si c'était déjà l'heure de manger, avant de le suivre. L'ordre était simple, première mission et respirer l'air extérieur faut avouer... Que cela lui avait manqué. Un peu dubitatif, et encore peu habitué à ce putain de lien qui le retenait ici, il avait l'obligation horrible de devoir effectuer tout ce qu'il lui disait. Et visiblement, il était plutôt satisfait des capacités du Dracaufeu. Pourtant, lorsque la mission était terminé par un franc succès, le jeune homme, peu désireux de retrouver cette cellule sans télé -ben oui, désolé, là c'est trop-, il eut alors l'idée débile de s'envoler. Se disant alors que prenant de vitesse tout le monde, il pourrait alors tracer dans le ciel et s'enfuir. Enfin... ça. C'était jusqu'à ce qu'un gouffre étrange apparut sur sa trajectoire pour l'engloutir et venir bien gentiment le faire s'écraser devant Oswald... Lui déjà bien tranquillement installé à son bureau. La ball était à l'origine de tout. Fait chier...

- ... Alors, ce petit temps de liberté retrouvé ? Pas trop amer sur le palais, j'espère ? Je te l'ai pourtant dit... Tu m'appartiens.
- Ah... Ben merde. J'espère que tu prends soin de tes affaires au moins...
- Jusqu'à ce qu'elles soient un peu trop usées à mon goût. Maintenant, hors de ma vue, j'ose espérer que tu as compris la leçon. ~
- ….. Et sinon la télé... T'y songe toujours pas... ?
_ ... Hors de ma vue, je t'ai dit.

Autant dire que faut s'appeler Mikelangelo.. ou être un peu taré pour oser répondre ce genre de chose franchement. Mais il est les deux alors bon. Au final c'est par le pied que notre hybride qui était en train de ranger ses ailes se retrouva tiré dans sa cellule. La seule différence étant que cette fois-ci il eut de la compagnie. Il avait regardé les trois sbires plutôt baraqués en train de le fixer avec des sourire assez... Mauvais. Ouais. Ou alors moqueur, on sait pas trop, les deux certainement. Mikelangelo les regarda un à un avant de lâcher.

- Quitte à avoir de la compagnie je préférerais des femmes, sans vouloir vous offenser hein, mais c'est pas vraiment mon délire et.

Un « ta gueule » était partit tandis qu'un poing dans la figure l'arrêta. L'envie de hurler, de laisser des flamme les réduire en poussière jaillir aussi. Mais il avait beau essayer, rien à faire, ça l'empêchait d'agir. Du coup il se fit passer à tabac en silence, non sans avoir mordu au passage la main d'un de ces bourreau violemment de ses crocs d'hybride. Bon y a pire dans la vie mais voilà. C'est une satisfaction personnel au moins. Il avait compris que c'était mal de partir hein, mais autant dire que c'était plus cette ball l'ennuie que ces gros muscle. Sa vie d'esclave avait reprit son cours. Limité de ces mouvements, il essayait parfois de mettre de l'ambiance à sa façon avec son humour des plus décalé, comme si rien ne l'affectait. Mais Oswald était un maître impitoyable, d'un charisme presque effrayant. Tellement que cela n'empêchait visiblement pas Mimi de dire des conneries en sa présence. Malgré ces heures et journées d'enfermement, le jeune homme semblait plutôt bien s'y plier, du moins il avait réussit à tourner les choses dans sa tête de façon à ne pas si mal les vivres. Voyant alors les missions comme une sortie extraordinaire qui lui était donné. Quand Oswald venait le chercher pour partir en mission avec lui ou même seul avec des sbires, il était le premier à balancer avec une tape dans le dos sans la moindre gêne.

- Cool une mission ! J'commençais à m'faire chier !
- .... ne me passe pas l'envie de te renvoyer dans ta cellule pour les six mois à venir, veux-tu ?

Mais ce n'était jamais arrivé, certainement parce que malgré tout, quand Mikelangelo était envoyé, malgré son désir de fuite toujours présent, il faisait toujours les choses comme il fallait et était un pokemon efficace sur le terrain. Comme quoi, il avait du flair certainement pour repérer les hybrides utiles, mais ne s'attendait pas à ce genre de réaction de sa part... Peut-être. Parfois ça lui arrivait de dire des trucs certainement improbable au vu de la relation qu'ils entretenait, et pourtant ça lui était déjà arrivé de lui demander dans la voiture...

- ..... Hey. T'as une nana ? C'est terrible, j'en ai pas vu depuis longtemps, j'suis sûr que j'vais redevenir puceau. Y a pas des salles de détente pour que je puisse en voir ?
- Pour sûr, je ne laisserai pas les quelques donzelles de l'organisation t'approcher.... détraqué.

Que c'est charmant, ce pauvre Oswald avait vu sa vie être mouvementé avec son arrivé dans sa Team hein. Mais bon, pas à se plaindre du travail, comme quoi même en étant chef on peut pas tout avoir dans la vie ! Ou alors Mikelangelo était une étrangeté bien trop grosse aux yeux de cet homme allez savoir. Toujours est-il que le temps passait, parfois c'était dur, parfois il en était oublié au fond de cette cellule de l'ennuie, pourtant il revenait toujours avec son sourire et ses paroles agaçantes. Et parfois il y avait trop de travail de quoi pousser ses capacités au maximum, au moins, il disait toujours qu'il ne s'ennuyait jamais dans ce genre de cas, pas difficile le bougre. Parfois les sbires étaient tournés en bourrique par ce type, parfois il se plaignait pour rien et réclamait des trucs. Bref, y avait de l'ambiance au moins dans le qg de Chronos surtout dans la partie où il était logé. Le temps est passé, au moins... Vivre ici lui avait permis de contrôler d'avantage sa forme hybride et les pouvoirs qui allaient avec. Faut avouer qu'il n'avait que peu la notion du temps en fait, mais pour être exact un peu plus de deux ans s'est écoulé, Mikelangelo était en train d'approcher de ses vingt-trois ans, il le remarquait juste de temps en temps et se dépêchait de dire à son « maître » qu'il méritait un gâteau, mais étrangement il n'en avait pas, cruel la vie non ?

Bref, c'est à cette période qu'il put enfin voir un autre avenir, enfin. Comme toujours, on était venu le chercher, il fallait vite partir. Pourquoi ? Parce qu'un Légendaire avait été vu à Unys et ce dernier ne c'était pas gêné pour se faire remarquer en tuant quelques membres de Chronos... Ce n'était pas la première fois qu'un hybride tout blanc avait agit. Des vieux rapports parlaient déjà de lui et la description correspondait en tout point. Un hybride blanc, aux flammes bleu et aux yeux noir et bleu. Assez particulier et unique pour reconnaître Reshiram, le pokemon de la Réalité. Eh oh il voulait pas se battre contre un Légendaire faut pas déconner. 'fin il s'en fichait d'eux, mais autant dire que s'il était forcé de se battre de toute ses force contre, il n'avait pas trop envie de se prendre la contre-attaque de pleine puissance. Pourtant c'est ce qu'il avait du faire. Lorsqu'ils étaient arrivés sur place, le Légendaire se tenait debout au milieu de cadavres d'humains, les hybrides environnants n'étaient que blessé. C'est ça la puissance d'un Légendaire ? Autant dire que ça confirmait que Mikelangelo n'aurait jamais eut l'idée de s'attaquer de front à un hybride avec un tel aura. Vu sa tête, ça donne pas envie de le faire chier là tout de suite. Demain on peut pas attendre ? Non ? Pff. Le voilà contraint de se battre. Mais il était évident que le Légendaire ne cherchait pas à tuer les hybrides esclaves, au contraire, simplement les blesser. Pour finalement tenter de s'en prendre aux réelles cibles, les humains. La finalité ?

Une explosion bleu projeta alors un bon nombre de personne sur le sol. Le Dracaufeu se retrouva alors sur le sol étalé, la tête sonné par ce choc d'une puissance assez inhabituel même pour un hybride de type feu faut l'avouer. Il trouva le moyen de râler. Avant de relever la tête et de voir le dit Légendaire blanc debout à côté du chef de Chronos, l'air toujours aussi calme, comme si de rien était. Se penchant pour ramasser une ball tomber sur le sol, instinctivement le jeune homme compris qu'il s'agissait de la sienne. Son regard s'illumina tandis qu'il manqua de tomber en se relevant précipitamment, voyant alors là une occasion en or pour pouvoir partir et retrouver sa liberté. Malgré le silence seulement coupé par le bruit des membres en train de se réveiller ou de réaliser la chose, le Légendaire semblait avoir compris et du coup serra la poigne sur cet objet de malheurs, une petite boule de flamme bleu l'enroula pour finalement entendre un craquement et voir les reste chaud de la ball tomber sur le sol, sous les yeux du chef venant alors de réaliser ce qu'il venait de se passer... Avec rage et colère, une arme à feu se pointa sur le Légendaire blanc avant de tirer, malgré le mouvement une tâche de rouge éclaboussa alors le blond, tandis que l'immortel avait déjà déployé ses ailes pour se retrouver haut dans le ciel et disparaître dans un tourbillon de flamme. C'est à se demander comment les contenir ces êtres... Mais quoiqu'il en soit, le Dracaufeu n'avait pas attendu plus longtemps pour à son tour déployer ses ailes et s'envoler aussi haut qu'il le pouvait. Une douleur l'avait vivement poignardé au moment du lien rompu, mais ce sentiment de liberté aussi. Pouvant alors disparaître dans les cieux et s'éloigner de cette région qu'il n'avait guère apprécié. A cet instant là. Il a ri.

Désirant mettre le plus de distance entre lui et Unys, Mikelangelo vola alors le plus loinqu'il pouvait. Finalement il se retrouva à Hoenn. C'est là-bas qu'il croisa la route d'hybrides membre d'une organisation nommé Avalon. Blessé, on lui avait proposé de le ramener pour le soigner, c'est alors que le dracaufeu raconta toute sa petite vie durant le trajet. Décidément, même blessé il était chiant et trop bavard... Ses propos étaient pourtant dans l'ensemble intéressant -du moins quand il ne se plaignait pas que la bouffe était parfois mauvaise à Chronos-, on lui proposa de rester pour travailler pour eux. Sur le coup... Il refusa et une fois remis s'est mis alors à vagabonder dans la région qu'il appréciait pour son calme et surtout la présence massive d'hybrides. Mais un peu déphasé, et sans trop savoir ce qu'il pourrait et voulait faire, c'est environs un mois plus tard qu'il s'est repointé à Avalon, l'air désinvolte.

- Ouais bon.. En fait. J'veux bien bosser avec vous. C'est bien payé au moins ?
- … Tu rejoints une causes pour défendre les hybrides, tu peux être fier de toi et-
- J'ai demandé si c'était bien payé pas si mamie sera contente que je fasse ça...
- … Normal ?
- Mouais ça ira. Alors j'fais quoi ?!

Avait-il dit finalement en baillant. Non sans passer par l'étape interrogatoire pour savoir s'il pouvait en apprendre d'avantage, son statut de pokemon du chef de Chronos était intéressant, mais hélas bridé sur place, rien de bien notable et intéressant pouvait être ramené. Juste que visiblement il semblait très bien se porter malgré son ancien dresseur... Finalement, au vu de ses test pour déterminer ce qui lui irait le mieux, le jeune homme fut envoyer pour travailler aux frontière d'Hoenn, travaillant du coup en tant que douanier. Parfois il était dans les aéroport. C'est assez classique et simple comme job, il est parfois un peu original dans sa façon de faire mais.. cela semblait lui convenir. Et puis... Faut avouer qu'il était tellement chiant, qu'il était parfois doué pour faire cracher le morceau aux gens qui possédait des bagages interdits ou illégaux. Comme quoi. Au moins, depuis un ans et demi environs, le jeune homme avait réussit à reprendre un semblant de vie normale c'était déjà un début.

Gentil petit joueur •
Pseudo ▬ Raffy
Âge/Date de naissance ▬ Je suis... pané /out/
Comment es-tu arrivé ici petit être ? ▬ Tout est toujours la faute de Kanon c'est la seule chose à retenir -pan-
Votre activité sur le forum sur une échelle de 1 à 10 ? ▬Toujours pareiiil
Ton Pokemon préféré ▬  PAS LES GOUPIX #reproenmasse
Que penses tu du forum ? ▬ Que le staff est so faaaabuleux -pan-
As-tu bien lu le règlement ? ▬ NON



Lyria n'aime pas les truc vide tout blanc ♥️
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://art-moderne-test.forumactif.org
avatar
Test rang

Messages :
199

Date d'inscription :
22/07/2014

Arcane / Pouvoir :
DIEU

Age :
23

J'habite à :
Beaune

Mon Shopping :
Test rang
MessageSujet: Re: Je rentre à ma maison !   Mer 3 Fév - 11:00

ABOUT ME


NOM : Kirikichev
PRENOMS : Mikelangelo Axel
SURNOMS : Mimi, Mikey ou alors casse-couille
AGE : 24 ans
REGION : Hoenn
ORIENTATION : Hétéro'
METIER : Douanier
INFO : Appartient à la Team Avalon/Ex pokemon d'Oswald
Autre : Hybride Dracaufeu


IN MY MIND


Chiant • Vif • Bruyant • Amusant • Collant • Protecteur • Egoiste • Bon Element • Souriant • Intelligent • Lourd • Moqueur • Aucun Tact • Extraverti • Encombrant • Ingérable parfois

HISTORY


Né dans une famille d'hybride sa petite soeur adoré est un Salamèche et sa mère une Pandarbare ▬ Lors d'un divorce mouvementé il se fait embarqué part son père vers l'âge de 12 ans ne revoyant plus ni sa mère ni sa soeur, il en veut énormément à ce dernier ▬ Fait un peu sa crise d'ado comme qui dirait ▬ Lors de son voyage de glandeur il se fait capturer par la Team Chronos où il rencontre son demi-frère cause du divorce de ses parents ▬ Voué à devenir l'esclave de ce dernier, Oswald chef de Chronos le choisit ▬ Après quelques passage tumultueux à tenter de fuir il finit par s'intégrer plus ou moins à ce rôle ▬ Il reste dans sa Team pendant un peu plus de trois ans ▬ L'attaque du Légendaire Reshiram le libéra de sa pokeball et fuit ▬ Il finit par entrer dan la Team Avalon pour y trouver du travail en tant que douanier



I WANT YOU


                 

   △ Idée de lien; Idée de lien
   → FREE / TAKEN

   △ Idée de lien; Idée de lien
   → FREE / TAKEN

   △ Idée de lien; Idée de lien
   → FREE / TAKEN

   △ Idée de lien; Idée de lien
   → FREE / TAKEN

ICONS














Code:
<link href='http://fonts.googleapis.com/css?family=Fjalla+One' rel='stylesheet' type='text/css'><style type="text/css">.bloc_1{width: 200px; height: 500px; background-color: #D5D5D5; text-align: center; transition: all 0.75s; -webkit-transition: all 0.75s; -moz-transition: all 0.75s; -ms-transition: all 0.75s; -o-transition: all 0.75s; opacity: 0; overflow: auto;} .bloc_1:hover{opacity: 1;} .bloc_2{width: 200px; height: 500px; background-color: #D5D5D5; text-align: center; transition: all 0.75s; -webkit-transition: all 0.75s; -moz-transition: all 0.75s; -ms-transition: all 0.75s; -o-transition: all 0.75s; opacity: 0; overflow: auto;} .bloc_2:hover{opacity: 1;} .bloc_3{width: 200px; height: 500px; background-color: #D5D5D5; text-align: center; transition: all 0.75s; -webkit-transition: all 0.75s; -moz-transition: all 0.75s; -ms-transition: all 0.75s; -o-transition: all 0.75s; opacity: 0; overflow: auto;} .bloc_3:hover{opacity: 1;}</style><table><tr><td><div style="width: 200px; height: 500px; background-image: url(http://image.noelshack.com/fichiers/2016/05/1454492162-droite.png);  background-repeat: no-repeat;"><div class="bloc_1"><div style="text-align: center; font-family: Fjalla One; font-size: 44px; text-transform: uppercase; padding-top: 10px; word-spacing: -2px; letter-spacing: -2px"><br>[color=#0101015]ABOUT ME[/color]</div><div style=" font-family: Arial; padding-right: 10px; padding-left: 10px; line-height: 10px; text-align: justify; font-size: 10px; padding-left: 17px"><br><br>[color=#010101][b]NOM : [/b]Kirikichev
[b]PRENOMS : [/b]Mikelangelo Axel
[b]SURNOMS : [/b]Mimi, Mikey ou alors casse-couille
[b]AGE : [/b]24 ans
[b]REGION : [/b]Hoenn
[b]ORIENTATION : [/b]Hétéro'
[b]METIER : [/b]Douanier
[b]INFO : [/b]Appartient à la Team Avalon/Ex pokemon d'Oswald
[b]Autre[/b] : Hybride Dracaufeu
</div><br><div style="text-align: center; font-family: Fjalla One; font-size: 44px; text-transform: uppercase; padding-top: 10px; word-spacing: -2px; letter-spacing: -2px"><br>[color=#010101]IN MY MIND[/color]</div><div style=" font-family: Arial; padding-right: 10px; padding-left: 10px; line-height: 10px; text-align: justify; font-size: 10px"><br><br>[color=#010101]Chiant • Vif • Bruyant • Amusant • Collant • Protecteur • Egoiste • Bon Element • Souriant • Intelligent • Lourd • Moqueur • Aucun Tact • Extraverti • Encombrant • Ingérable parfois [/color]</div></div></div></td><td><div style="width: 200px; height: 500px; background-image: url(http://image.noelshack.com/fichiers/2016/05/1454492162-milieu.png);  background-repeat: no-repeat;"><div class="bloc_2"><div style="text-align: center; font-family: Fjalla One; font-size: 44px; text-transform: uppercase; padding-top: 10px; word-spacing: -2px; letter-spacing: -2px"><br>[color=#010101]HISTORY[/color]</div><div style=" font-family: Arial; padding-right: 10px; padding-left: 10px; line-height: 10px; text-align: justify; font-size: 10px"><br><br>[color=#010101]Né dans une famille d'hybride sa petite soeur adoré est un Salamèche et sa mère une Pandarbare ▬ Lors d'un divorce mouvementé il se fait embarqué part son père vers l'âge de 12 ans ne revoyant plus ni sa mère ni sa soeur, il en veut énormément à ce dernier ▬ Fait un peu sa crise d'ado comme qui dirait ▬ Lors de son voyage de glandeur il se fait capturer par la Team Chronos où il rencontre son demi-frère cause du divorce de ses parents ▬ Voué à devenir l'esclave de ce dernier, Oswald chef de Chronos le choisit ▬ Après quelques passage tumultueux à tenter de fuir il finit par s'intégrer plus ou moins à ce rôle ▬ Il reste dans sa Team pendant un peu plus de trois ans ▬ L'attaque du Légendaire Reshiram le libéra de sa pokeball et fuit ▬ Il finit par entrer dan la Team Avalon pour y trouver du travail en tant que douanier[/color]</div><br><br><div style="text-align: center; font-family: Fjalla One; font-size: 44px; text-transform: uppercase; padding-top: 10px; word-spacing: -2px; letter-spacing: -2px"><br>[color=#010101]I WANT YOU[/color]</div><div style=" font-family: Arial; padding-right: 10px; padding-left: 10px; line-height: 10px; text-align: justify; font-size: 10px"><br><br>                  

    [color=#010101][b]△ Idée de lien; [/b] Idée de lien
    [b]→ FREE / [strike]TAKEN[/strike][/b]

    [color=#010101][b]△ Idée de lien; [/b] Idée de lien
    [b]→ FREE / [strike]TAKEN[/strike][/b]

    [color=#010101][b]△ Idée de lien; [/b] Idée de lien
    [b]→ FREE / [strike]TAKEN[/strike][/b]

    [color=#010101][b]△ Idée de lien; [/b] Idée de lien
    [b]→ FREE / [strike]TAKEN[/strike][/b][/color]</div></div></div></td><td><div style="width: 200px; height: 500px; background-image: url(http://image.noelshack.com/fichiers/2016/05/1454492162-gauche.png);  background-repeat: no-repeat;"><div class="bloc_3"><div style="text-align: center; font-family: Fjalla One; font-size: 44px; text-transform: uppercase; padding-top: 10px; word-spacing: -2px; letter-spacing: -2px"><br>[color=#0101015]ICONS[/color]</div><div style=" font-family: Arial; padding-right: 10px; padding-left: 10px; line-height: 10px; text-align: justify; font-size: 10px; padding-left: 17px"><br><br>[/color][/color][/color][/color]
[center][img]http://image.noelshack.com/fichiers/2016/05/1454493076-nostalgiosis-icon0082.png[/img]

[img]http://image.noelshack.com/fichiers/2016/05/1454493116-axel-icon-by-blackdx.png[/img]

[img]http://image.noelshack.com/fichiers/2016/05/1454493143-tumblr-inline-miwzzkqmbn1qz4rgp2.png[/img]

[img]http://image.noelshack.com/fichiers/2016/05/1454493209-avatar229037-112.gif[/img]

[img]https://33.media.tumblr.com/tumblr_mdn8hklzgR1ra70zw.jpg[/img]

[img]http://image.noelshack.com/fichiers/2016/05/1454493434-0c73dd424a4c80-full2.png[/img][/center]
<br></div></div></div></div></td></tr></table>



Lyria n'aime pas les truc vide tout blanc ♥️
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://art-moderne-test.forumactif.org
avatar
Test rang

Messages :
199

Date d'inscription :
22/07/2014

Arcane / Pouvoir :
DIEU

Age :
23

J'habite à :
Beaune

Mon Shopping :
Test rang
MessageSujet: Re: Je rentre à ma maison !   Mar 23 Fév - 21:35
Yuuna
Shoukaku (Kantai Collection)
Yuuna
Hétérosexuelle
24 ans
Assistante/ Galopa Shiny
Ex-esclave/ Assistante
Née à Unys/ Rosalia maintenant
Attaques
♦ Hâte
♦ Roue de feu
♦ Danseflamme
♥ Torche
Citation
Physique •
U.C

Caractère •
Il est évident, lorsqu'on regarde Yuuna on ne peut lui attribuer comme caractéristique la méchanceté, la violence, voir même la perversité. Ce n'est pas tout à fait faux faut avouer, mais il ne faut jamais s'y fier. Sous ses airs de petites demoiselle blanche et son sourire d'ange, Yuuna n'est certainement pas si simple qu'il n'y paraît. Mais ne t'attends pas à quelqu'un de torturé et de compliqué franchement...

Gentille. Faut l'avouer elle reste malgré tout quelqu'un de très gentille. Elle ne fait pas le mal autours d'elle par plaisir et surtout pas sans raison valable, du genre à aider les autres si elle le peut et qu'elle le veut, la demoiselle n'hésite pas à tendre sa main pour aider, ou alors à se montrer serviable. En fait, c'est certainement un des restes de sa vie d'esclave, éduqué pour faire plaisir aux autres elle a tendance à un peu s'oublier pour le bonheur des autres et surtout de ceux qu'elle apprécie. Disons qu'elle n'est pas bête au point d'aider n'importe qui, depuis sa libération la demoiselle s'est mise à restreindre un peu son aide et éviter de se mettre en mauvaise posture, elle-même n'est pas la vie la plus aisée.

Naïve d'apparence mais extrêmement Intelligente. Oui. Beaucoup la trouveront certainement bête, elle en a un peu l'air franchement, regardez donc ce sourire un peu niais et tout gentil. A croire que rien ne peut lui enlever. Qu'elle serait capable de se vendre pour aider les gens dans le besoin. Elle donne l'impression d'être une petite sainte qui aide tout ceux qu'elle croise. Et pourtant, malgré les apparences Yuuna est bien plus maligne qu'il n'y paraît. Déjà elle apprend très rapidement. Lire, écrire, tout cela elle l'a fait dans des conditions assez pitoyable et en un temps record, on pourrait certainement la traiter un peu de génie ou de sur-douée dans le genre, mais elle n'a certainement pas faire assez d'étude ni eut assez accès à la science pour être considéré en tant que tel. Disons qu'elle possède encore une innocence assez adorable dans le genre, qu'elle comble au fil des expérience qu'elle peut désormais vivre -elle est par exemple in-habituée à bien des choses qu'on pourrait qualifier de normales-. Pourtant son cerveau assimile tout. Ce qui est éducatif, ce qui est utile, inutile, ce qu'il lui arrive. Autant dire que le « on apprend de ses erreurs » est véridique chez elle, jamais elle ne fait deux fois la même chose. En fait elle semble avoir une capacité d'adaptation hors normes. Et d'ailleurs consciente de comprendre assez rapidement les choses, elle se fait parfois passer pour plus bête qu'elle ne l'est. Quand on sort de son rôle d'assistante, la demoiselle pourra parfois vous regarder avec un air un peu bête en vous demandant de quoi vous parlez. Passer pour ce qu'elle n'est pas, elle sait faire, du coup on ne se méfie pas. On se dit qu'elle ne comprend rien. Mais elle retient. Et parfois vous fait comprendre qu'il est inutile de la prendre de haut, elle comprend tout. Elle semble d'ailleurs assez doué pour comprendre les gens et les observer. Quand on ignore, on observe pour apprendre. Quand on ne sait pas, on demande pour le savoir pour la prochaine fois, simple la vie non ?

Parce qu'elle est curieuse. Et pas qu'un peu. Yuuna est une fille intelligente, son QI est élevé et tout, c'est bien beau, mais on invente pas tout en claquant des doigts. On a beau être surdouée, si on est élevé comme un chien on est pas aidé. Ayant commencé les études tardivement et sortit de son univers dans lequel elle était enfermé, la demoiselle découvre alors un monde bien plus vaste qu'elle ne l'aurait cru. Et plus intéressant encore que dans les livres dans lesquels elle tentait de s'évader. Il n'y a pas besoin de chercher bien loin, si Yuuna est devenue Assistante de professeur, c'est pour en apprendre plus sur ce monde, comme si elle avait un besoin de savoir plein de chose. Elle est curieuse un peu dans tous les domaines en fait.

Fidèle. Et pas qu'un peu, si elle s'ouvre à vous, la demoiselle vous sera d'une fidélité sans nom. Là encore, esclave elle était certainement le petit « chien » parfait. Soutenir sans jamais faillir c'était là ce qu'elle savait faire. Un peu plus détaché, cela se répercute maintenant sur ses potentiels liens amicaux. Voir même amoureux même si elle ne le sait pas encore. Elle est assez réservé sur la choses, prenant très au sérieux toute relation qu'elle pourrait engager, amicale ou plus. Quand je vous dis qu'elle est réfléchie.

Courageuse et débrouillarde. Pour sûr, malgré sa bouille d'ange et fragile, Yuuna n'a pas peur de grand chose. Enfin si. Elle craint deux choses. Son ancien maître et l'hybride qui l'accompagne certainement encore. Mis à part ça, elle ne tremble pas, ne pleure pas. En fait, elle ne pleure quasiment jamais, préférant intérioriser son ressenti. Paraître bien plus forte qu'elle ne pourrait l'être, la demoiselle s'est déjà souvent battu malgré les apparences, et elle sait bien le faire. Entraîné durant une partie de sa vie pour, la jeune fille n'aime pas en venir aux mains, mais autant dire qu'elle est capable de le faire lorsqu'elle le juge nécessaire. Quand à sa débrouillardise, le simple fait qu'elle ce soit débrouillée seule en sortant soudainement de sa vie d'éternelle esclave en est la preuve. Partie de rien, elle tente de faire de son mieux pour avancer et vivre comme tous le monde.

Discrète. Autant dire qu'elle n'est pas du genre à vous ennuyer à trop parler. Longtemps elle ne parlait que lorsqu'on le lui demandait, sinon elle se taisait. Elle y travaille à devenir plus bavarde. Elle manque d'ailleurs parfois de tact dans sa façon de parler, et parfois semblera ne pas savoir quoi répondre. Un jour elle saura certainement parler librement et s'affirmer. D'ailleurs sa discrétion vaut aussi pour elle-même. Peut-être qu'un brin de fierté la pousse à toujours se taire sur ses conditions de vie, préférant alors afficher un sourire que la misère. Yuuna n'apprécie guère qu'on la prenne en pitié, parce que la pitié c'est pour les faibles et Yuuna l'affirme haut et fort, elle n'apprécie pas la faiblesse, surtout la sienne. On peut traduire ça par une certaine exigence envers elle-même certainement.

Affectueuse et souriante, malgré tout ce qu'elle a vécu, Yuuna apprécie la bonne compagnie. Aime recevoir et donner de l'affection. Un peu comme un manque chez elle, la demoiselle ne déplore qu'une chose depuis son départ, sa solitude. Elle n'en dit rien mais elle apprécie se lier. A du mal à s'ouvrir mais aimerait pouvoir le faire. Sourire et partager des moments. Vivre tout simplement ? C'est ça. Pour une enfant qui n'a pas eut le droit de choisir sa vie dès ses premiers cris, elle sourit à a vie de façon orgueilleuse comme pour prendre une revanche sur cette dernière.

Histoire •
- Que ceux qui sauront me rapporter un hybride Ponyta Shiny soient récompensés. Je désire en obtenir un dans les plus bref délais. Mâle ou femelle, il n'y a aucune différences.

Voilà les mots qui ont provoqués la naissance de Yuuna. C'était à Unys, il y a de ça vingt-quatre ans. Cette tirade avait suscité l'intérêt de bien des couples. Certains se sont même formés pour l'occasion c'est dire. On raconte que ce n'était pas le cas de ses parents, mais on n'en sait trop rien en fait, au final cela ne change pas grand chose. Le membre de Chronos était un homme riche qui était passé dans ce centre de détention. Bien des hybrides s'y trouvaient, répondant aux désirs des humains, ou alors attendant simplement que l'un d'eux veuille bien l'acheter. Dans la session des types feux, beaucoup avaient entendu la nouvelle. Autant dire que tout Galopa ou bien Ponyta y est certainement passé, tant que la combinaison permettait d'obtenir potentiellement le bébé Shiny tant désiré. A la clé ? Des conditions de vie meilleurs. Le rêve pour tout esclaves. Et puis franchement, quelqu'un de censé s'ennuierait à avoir un enfant dans ses conditions ? Non ce n'est pas le genre de chose à faire quand on est intelligent... D'ailleurs beaucoup se sont retrouvé avec un enfant qui n'avait pas les gène de Shiny et donc.. se retrouve avec ce dernier sur les bras. Certains ont eut la chance de le voir vite vendu, les bébés sont toujours des bonnes affaires pour offrir à des jeunes sbires, ils peuvent les dresser comme bon leur semble. D'autres les ont gardés, peut-être que certains les ont tué pour éviter d'en souffrir.. Le noble était prêt à attendre deux ans pour être exact. Pas plus. Ce qui laissait assez peu de marge pour s'y tenter en fait. Et c'est au bout d'un an et demi qu'un bébé de la race souhaité et de la couleur désiré vint au monde. Une petite fille, au cheveu d'un blanc légèrement bleuté, la peau tout aussi pâle que ces derniers, de grand yeux bleu et une tête certainement adorable. L'enfant avait hurlé alors qu'on venait de la faire accouché dans une salle prévu pour les hybrides. Une humaine regardait l'enfant, annonçant alors simplement.

- C'est une fille !

Le bébé fut alors posé dans les bras de la mère qui la regardait un instant. Pendant un bref instant, elle avait douté de la couleur de son enfant. Ses deux parents étaient de la même race, il y avait juste la couleur qui n'était pas certaine de passer. Mais l'effet bleuté dans sa petite crinière ne laissait aucun doute. Elle était de la couleur désiré. La femme avait alors sourit, non pas vers sa fille, mais vers l'homme qui lui avait donné cet enfant. Cette dernière fut placé alors dans un berceau une fois préparé pour être présentable. Deux jours plus tard l'homme était venu. Berçant de façon distraite et désintéressé cette petite chose, le couple avait alors présenté avec soulagement cet enfant. Le verdict tomba, cela lui convenait. Aucun autre enfant ne l’intéresserait que les autres se débrouilles, pour le plus grand déplaisir des autres femmes qui attendaient un enfant pour ces raisons.

- Très bien. Qu'on leur offre des nouveaux vêtements. Je les transfère pour travailler dans ma résidence secondaires en tant que simples domestiques.

Les remerciement et les courbette furent bien sûr naturel. Ils n'étaient pas libre, mais au revoir cet endroit pourris. Là-bas il serait certainement bien plus tranquille que jamais il ne pourrait l'être dans cet endroit qui ressemble d'avantage à une prison étrange qu'autre chose. C'est ainsi qu'il troquèrent la vie de leur fille contre des années de vie plus simple. Le bébé endormi fut ramené alors dans une grande demeure à Janusia, enveloppé dans un tissus. Quatres ans ont passés.

- Pouah. Franchement Ils sont laids ces hybrides, ils peuvent pas avoir des couleurs de cheveux normaux ?
- Allons Lentz. Il y a des humains qui ont des couleurs bizarre tu sais. Regarde chez les Valentini.
- Ouais mais sont bizarre eux. Mais ça reste des humains. Regarde donc ces cheveux on dirait qu'ils peuvent varier de teinte comme par magie.
- Dis pas ça, elle te sera très utile j'en suis sûr. C'est ton premier hybride, fait en un être fort qui t'écoutera et qui mettra ses pouvoirs à ton service !
- Mouais...
- Et maintenant, mon garçon, tu viens d'avoir six ans. Peut-être pourrais-tu lui trouver un nom toi même maintenant ? Tu ne veux pas ? Je ne l'ai pas fait pour toi  et.
- Oh je m'en fiche un peu mais c'est nul de l'appeler par « hey toi » ou « blanchette ». Alors on va dire... Yuuna. C'est bien, c'est court et c'est facile à retenir. T'as compris ? T'es Yuuna maintenant !

C'est un jeune garçon brun, de tout juste six ans qui avait parlé, regardant alors la petite fille qui était habillé de sa petite robe blanche et assise à côté de lui, par terre, bien sagement. Elle ne bougeait pas. Depuis qu'elle était arrivé ici, on c'était occupé d'elle, on l'avait habillé un minimum pour être présentable, on l'avait nourrit et on l'avait présenté à ce petit garçon de deux ans son aîné. Au début, cela ne rimait pas à grand chose, ils étaient trop jeune pour comprendre quoique ce soit, mais c'était pour qu'il ait un hybride parfaitement habitué à sa présence et incapable de faire quoique ce soit contre lui qu'il disait. Quand elle fut en âge de comprendre un peu les choses, on ne cessait de lui dire de suivre Monsieur partout où il allait, de l'écouter et de le soutenir. Alors du coup, c'est ce qu'elle faisait. Bien sagement, tenant la main du plus âgé au début elle se contentait de faire ce qu'il disait. Souvent c'était s'asseoir. Parfois elle avait la chance de devoir jouer avec lui parce qu'il ne trouvait personne. Parfois il lui disait de s'asseoir quelque part et de l'encourager alors elle le faisait. En contre-partie, elle était nourrit, logé, blanchit et on lui apprit par la suite un minimum à lire.

- Je ne veux pas d'une débile à mes côtés.

C'était là ce qu'il disait. Du coup. Elle avait demandé à une domestique de lui apprendre à lire pour lui faire plaisir. Malgré les cours un peu aléatoire qu'elle recevait, la petite fille aux long cheveux blanc semblait apprendre et comprendre plutôt rapidement les choses en fait. Cela ne pouvait que faciliter les choses. Au moins, il était content. Lentz lui tapotait la tête quand elle pouvait fièrement lui lire une histoire quand il le demandait et pouvait se vanter d'avoir une hybride qui pouvait lire et écrire de façon correct, les autres n'avaient que des attardés. Il ne fallait pas grand chose à cette pauvre Yuuna, le bonheur de son maître était la seule chose qui l'importait. Elle était la petite filles habillés de blanc et aux long cheveux blanc aux reflets bleutés qui le suivait partout avec sa tête d'ange. Elle n'avait juste pas le droit de sortir sans lui, ou alors de se montrer quand il y avait trop de monde. Du coup, quand il n'avait pas besoin d'elle, la petite demoiselle attendait dans sa chambre, n'osant pas toucher aux affaires qui ne lui appartenaient pas, du coup elle lisait simplement, comme pour essayer de découvrir un monde à travers des textes et surtout à cet âge là des dessins. Si on devait lui faire un seul défaut, parfois, on disait qu'elle ne parlait pas assez... En effet. Yuuna n'ouvrait la bouche et ne laissait que sa petite voix s’exprimer que lorsqu'on le lui demandait. Sinon elle hochait la tête, ou alors la secouait pour dire non, ou alors simplement souriait. Quelle étrange petite fille.

Bravo Yuuna ! Tu viens de fêter tes douze ans ! Ah. Mais en fait tous le monde s'en fiche. On ne sait pas trop quel est ta date de naissance, alors du coup, on lui a collé le jour où elle a été donné pour compter. Mais il était impensable pour elle de pouvoir oublier l'anniversaire de Lentz. Quand c'était le cas. Il demandait toujours à ce que ce soit la fête, alors du coup elle devait absolument lui apporter un gâteau qu'elle avait fait-elle même. Parce qu'elle n'aimait que lui et devait lui offrir le meilleur. Bien sûr, depuis toujours les cuisinières l'aidaient et la supervisaient pour le faire. Pour cela suffisait à la rendre heureuse, quand elle apportait son gâteau et qu'il le mangeait avec appétit. Parfois elle avait de la chance et il n'oubliait pas de lui en donner un peu. Concrètement, à cet âge là, on ne peut pas dire qu'elle était particulièrement malheureuse. Disons. Qu'elle n'avait juste pas vraiment de personnalité, elle était oppressé, et étouffé pour la former comme on voulait qu'elle soit. Mais physiquement, la demoiselle se portait plutôt bien. Certains hybrides pourraient presque la traiter de chanceuses. Après tout, ce n'est pas parce qu'on joue le rôle d'un chien qu'on est maltraité pour autant, on est juste.. un chien.

Lentz s’intéressait tout juste aux combats, il était admiratif de la façon dont les sbires de Chronos ordonnaient à leur hybrides de se battre pour eux et qu'ils s'exécutaient. Alors. Il c'était retourné vers Yuuna, visiblement l'air ravis.

- Ok Yuuna. On va s'y mettre. Montre moi ce que tu sais faire !
- Oh heu... Bien !

Sans trop se poser de question la demoiselle avait alors laisser sa crinière blanche virer d'avantage vers le bleuté, donnant alors l'aspect de flammes bleu qui ne brûlent pas. Une traîné à la base de son dos de flamme de la même couleur. Et la blanche se mit à tourner sur elle-même gracieusement pour faire apparaître des flammes autours d'elles. Avant de lancer le cercle de feu dans le ciel pour exploser et disparaître.

- Oh mais c'est parfait ça ! Ok. On va t'entraîner, tu vas devenir la meilleure et te battre pour moi hein ?
- Si c'est ce qui vous faire plaisir oui !

Elle avait une fois de plus souris. Depuis qu'il c'était lancé dans cette lubie, fortement encouragé par son père, il avait alors au début juste entraîné la demoiselle dans le jardin ou dans des endroits pour qu'elle puisse s'entraîner à utiliser ses pouvoirs qu'elle n'avait jamais trop manié jusqu'à maintenant. Finalement ils l'inscrivit à un cours. Un endroit où les humains peuvent y faire entraîner leurs hybrides, là-bas, ce ne sont que des pokemons capturés qui obéissent sous la pression d'un lien invisible. On avait demandé si elle avait la même chose avec ce jeune garçon,  mais bizarrement, personne ne comprenait pourquoi ce n'était pas le cas vu son obéissance... C'est à ce camp qu'elle côtoyait qu'elle put alors développer ses aptitudes aux combats. Yuuna développa la capacité fort pratique qu'est Torche. Permettant de ne craindre aucune flamme et de pouvoir même l'absorber pour renforcer ses propres attaques feu. Elle n'était pas doté d'une force particulière, mais comme l'était prédisposé sa race à l'époque, elle était rapide. Et plus le temps passait plus elle l'était. Elle courait, sautait, esquivait, frappait, s'enflammait. Élégante et vive, voilà ce qu'elle était. C'était toujours épuisée qu'elle s'en sortait et qu'elle apprenait, pourtant elle était contente de voir son maître la regarder avec satisfaction, enfin c'était elle qui agissait et lui qui l'admirait. Pourtant cette manie de la faire se battre était un contraste total avec la douceur dont elle faisait preuve en fait...

Yuuna, aujourd'hui tu as seize ans. Cela fait maintenant quatre ans que tu t'es transformé en chien de combat. D'animal de salon, voilà qu'elle était devenu pour les combats. Lentz n'hésitait d'ailleurs pas à l'envoyer se battre sans raisons avec les hybrides de ses amis lorsqu'il était en sortit, simplement pour prouver qu'il était le meilleur. Parfois ça passait et parfois pas. Quand elle se retrouvait sur le sol, marqué de coup, ou de tâchée de sang selon le combat, la jeune fille se relevait honteuse. Mais il semblait lui pardonner, quel bon maître il était... Lentz va devenir un membre de Chronos bientôt, il est majeurs et va donc recevoir ses balls prochainement, il était venu voir la jeune femme en lui tendant la ball. Il n'y avait aucune question à poser c'était une évidence et pas comme si c'était un choix. Yuuna passa un pacte avec lui de façon naturelle, de toute façon à ses yeux sa vie ne pouvait être autre chose visiblement. Et c'est ainsi qu'elle la suivit lorsqu'il s'est vu accomplir ses premières missions, ne manquant pas de le féliciter et de l'encourager. On va dire que tout se passait plutôt bien, elle continuait sa vie docilement à ses côtés. C'était un jeune homme capricieux, mais elle se pliait à lui et du coup, semblait satisfait. En plus vers ses dix-sept ans, la demoiselle évolua, bon cela ne changeait pas grand chose, ses cheveux étaient plus argenté que bleuté dans leur reflets c'est tout, et elle avait la possibilité de faire apparaître une corne sur son front, génial, autant dire qu'elle ne le faisait jamais. Mais elle était plus rapide et donc techniquement plus forte ? Elle était capable d'accéder à de nouvelles attaques en tout cas. Et ce n'était pas pour lui déplaire. Yuuna avait toujours eut  pour pensé qu'elle devait rester la meilleure à ses yeux. Mais elle ne l'était pas.

Ils venaient de se rendre dans un centre pur hybride, il voulait un autre pokemon pour son équipe, parce qu'on ne fait pas d'équipe avec un seul hein, un peu de logique. Comme toujours, elle l'avait accompagné et avait attendu sagement qu'il fasse ce qu'il lui plaise. Il était revenu avec un jeune homme. Ce dernier était brun avec des mèches rouges et un sourire narquois. Silencieux, comme toujours, Yuuna n'avait émit pas le moindre jugement sur la situation, jusqu'à ce que son Maître annonce la chose.

- Bon comment tu t’appelles mec ?
- …. On me nomme Garret.
- Oh. Très bien Garret. Si tu bats mon hybride tu feras partit de mon équipe sinon tu retourne dans ton trou, suis-je bien clair ?
- On peut plus claire Monsieur...

Souriant en coin, il avait alors dévisagé la jeune femme de haut en bas. C'était une évidence, il ne doutait pas de sa victoire sur elle. Il était plus grand, plus fort. Et le combat commença. Il était le dominant, c'était une évidence. C'est alors que la première réflexion de Lentz marqua la jeune femme qui s'évertuait à éviter les griffes sortit de l'homme.

- Bouge ton cul Yuuna ! Arrête de te faire ta faiblarde j'aime pas ça alors montre moi ce que tu sais faire !

Elle était rapide, oh oui elle l'était, courir à toute vitesse, bondir et le frapper, elle pouvait le faire, danser gracieusement avec des flammes autours d'elle, c'était quelque chose. Pourtant il avait été plus fort, il avait été le meilleur. Son énorme main griffus vint alors se planter dans la hanche de la jeune femme. Un exploforce parfaitement bien placé, la voilà couché sur le sol, des griffures lui couvrant à certains endroits la peau, un trou béant à côté de son intestin. Elle était resté là, la voix bloqué au fond de la gorge, les larmes menaçant de couler le long de ses joues, comme si la douleur était tel qu'en fait elle n'arrivait pas à la ressentir correctement. Elle avait juste vu les yeux rouge et satisfait du vainqueur qui était alors applaudit par l'humain qui lui fit alors passer un contrat dans la foulé. Yuuna ? Eh bien. Elle était resté là allongé sur le sol, une tâche de sang venant alors s’agrandir de seconde en seconde sur le tissus et le sol. Le regard tourné vers lui, il parfait. Il l'avait à peine regardé et c'était presque ça qui lui avait fait mal. La jeune femme avait alors perdu connaissance, on l'avait ramassé et soigné, c'est dans l'endroit minuscule qui lui sert de chambre qu'elle se réveilla, un bandage fait autours du ventre. Pourtant, elle n'arrivait pas à oublier le goût amer qu'avec cette défaite. Et ça, ce n'était pas le sang encore présent sur ses lèvres qui en était la cause oh non. Et ce n'était que le début.

Il ne la faisait plus venir aussi souvent, bon nombre de fois, Yuuna était obligé de rester dans sa chambre, à attendre qu'il pense à la faire sortir. Parfois elle tentait de venir le voir pour savoir s'il avait besoin de quelque chose, mais il l'ignorait tout simplement. Comme un enfant qui aurait trouvé un nouveau jouet, il se plaisait d'en avoir un plus à son goût. Plus violent, plus méchant, plus fort, plus tout ce qu'il fallait pour gonfler son orgueil. Sans compter que la demoiselle était blessé et que de la voir réagir pour rien à chaque trop grand mouvement avait le don de l'agacer alors il la délaissait. Quand il était en mission avec ses deux hybrides, elle avait du coup pour manie de rester en arrière, les poings serré, se sentant soudainement comme totalement inutile et incapable de vivre. Comme si toute raison lui avait été retiré. Née pour servir et plaire, elle n'était plus à même de remplir sa tâche. C'est alors, que décidée à s'en relever et prouver le contraire, la demoiselle prit son courage à deux mains pour demander la tête basse si elle pourrait partir avec lui pour le prochain travail. Certainement curieux et un peu j'men foutiste, il accepta pour sa plus grand joie. La prochaine fois, elle pourrait alors montrer qu'elle n'est pas si inutile, que toutes ces années à apprendre à se battre ce n'était pas juste pour faire jolie. Le jour J, elle suivit alors le jeune sbire dans les bois, une troupe d'hybride s'y trouvaient, lui ainsi qu'un autre membre de Chronos devaient alors les arrêter et surtout les capturer.

S'approchant de leur camp, la demoiselle répondait au doigt et à l’œil, écoutait ce qu'elle devait faire, suivait le plan. Tout devait bien se passer, même une fois l'attaque lancé, sans aucune peur elle s'élançait pour se battre. Leur équipe les dominait, ils tentèrent de fuir alors pour éviter la capture.

- Attrape-le Yuuna !

Avait alors hurlé Lentz. Hochant la tête, la demoiselle s'élança à toute allure, utilisant hâte pour les rattraper. Mais elle détourna la tête. Un hybride prenait à revers les humains qui restaient en arrière et surtout, son maître. Avait-elle peur pour lui ? Elle n'en savait trop rien. Elle serait bien incapable de vous dire si elle l'aimait, même un peu. Peut-être certainement. Mais autant qu'elle le trouvait détestable, mais l'idée de le perdre lui faisait bizarre. Et surtout les conséquence qui lui retomberaient dessus. Pourtant, cela sera synonyme de liberté non ? Son partenaire de mission lui semblait arborer un grand sourire, éloigné de son dresseur, ce dernier mourrait et le contrat serait rompu. Pourtant, Yuuna a fait demi-tour pour se ruer à toute vitesse. Hurlant pour attirer son attention, usant de sa vitesse pour le rattraper et surtout le protéger. D'une attaque roue de feu, elle projeta l'hybride qui menaçait son dresseur. Avant de se placer devant lui en posture de défense. Le résultat ? Un sbire de Chronos mort, son pokemon dans la nature et la troupe prise pour cible en fuit. Un échec total. Alors qu'elle se retourna dans sa direction pour lui demander s'il n'avait rien, essoufflé et blessée bien que légèrement, la demoiselle se mangea pour commencer un coup qui la fit tomber à genou.

- Espèce de débile ! J'aurais l'air de quoi maintenant ? Cette mission est un échec, pire encore qu'un échec je dirais ! Et pourquoi ? Parce que mon idiote d'hybride est venu me protéger alors que j'en avais pas besoin ! Je suis un homme un vrai, pas besoin de tes pseudo pouvoirs !

Vexé dans son orgueil ? Certainement un peu. D'ailleurs, lors de son rapport une fois rentré, lorsqu'il se prit les retours de cette défaite, Lentz c'était alors planté devant elle. Le regard sombre, déçus ? Certainement, ou peut-être pas trop... Attendant éventuellement une autre claque si elle la méritait. Pourtant, à cet instant, il avait sortit son arme à feu et tiré, le trou au niveau de son ventre s'est rouvert, elle tomba à genoux, se tenant la blessure.

- J'ai dis que tu étais une hybride blessée pendant le combat et inutile. Que j'avais du coup perdu du temps à cause de toi pour te défendre un peu. Du coup. On m'a conseillé de me débarrasser de toi. Tu m'en veux pas hein Yuuna ?

A cet instant. Lorsque ses larmes coulèrent, la demoiselle ignorait si c'était la blessure ou les mots du jeune homme qui la blessèrent le plus...

Peu de temps juste après. La voilà en train de tituber. Un bandage maladroit fait sur son ventre histoire qu'elle ne se vide pas sur place. Une paire de menotte, la voilà en train de marcher derrière lui. La tête baisse, le regard un peu vidé, si elle n'était pas déjà blanche on pourrait dire qu'elle était pâle. Elle était fatiguée, elle avait faim, sa blessure lui faisait un mal de chien. Pourtant elle devait le suivre.

- Perso je pense que tu n'auras aucune valeur à la revente, mais c'est pas grave, on peut toujours voir si on peut y gagner, peut-être qu'on voudra bien de toi pour ta couleur ! Allez souris Yuuna, une nouvelle vie t'attend.

C'est ce qu'il lui soufflait à l'oreille. Mais elle n'en pouvait plus. Alors qu'ils traversaient la forêt pour se rendre en ville, leur maison étant un peu à l'écart pour une question de logique en fait, la jeune femme tituba, finissant par sentir ses jambes se dérober sous son poids. Glissant et tombant le long de la route, la jeune femme se retrouva alors allongé sur le sol crasseux de la forêt. Pourquoi il n'est pas venu la récupérer.. ?

- Oh sérieux ? Non franchement personne n'en voudra père, on la laisse-là au moins elle nourrira les plantes. On trouvera un autre hybride pour aller avec Garret.
- Eh bien... Comme tu voudras. Peut-être veux-tu choisis la race cette fois-ci ?

Et c'est sur ces bonnes paroles qu'ils disparurent. A cet instant, la ball qui lui appartenait roula, prenant la même route que la demoiselle pour venir alors s'arrêter juste à côté. La regardant, Yuuna put voir la boule se colorer alors en noir pour finalement se fissurer et se briser. Provoquant alors un déchirement au plus profond d'elle-même. Pendant de longues et interminables minutes, la jeune femme était resté là, à pleurer en silence. Ce n'est que lorsque la pluie arriva qu'elle se décida à se relever tant bien que mal, pour se mettre à marcher. Incertaine d'atteindre la moindre destination, le hasard fit bien les choses, puisqu'elle put alors trouver une maison à l'écart de la ville. Demandant de l'aide, la Galopa s'effondra sur le seuil et fut ramassé par une personne âgée vivant ici. Grâce à cette dernière, Yuuna eut le droit de vie. Elle avait vingt ans tout juste. Mais en fait, n'était-ce pas ton anniversaire Yuuna ? On s'en fiche toujours.

Quelques semaines, c'est le temps qu'elle était resté dans cet endroit, cette vieille dame était adorable, mais n'ayant aucune envie d'être un poids et surtout, de continuer à lui faire cacher sa présence ici, Yuuna est partit. Avec un sac et quelques affaires qu'elle avait pu obtenir, et des remerciement, la jeune hybride c'était alors dirigé vers la frontière pour quitter Unys. Heureusement pour elle, c'était une hybride plus que disposé pour faire de longues marches. Utilisant les centres Pokemon comme moyen d'habitation, ce n'est qu'au bout de quelques mois, une fois à Doublonville qu'elle s'arrêta en se demandant sérieusement ce qu'elle comptait faire de sa vie en fait. Elle avait tenté des petits boulots pour essayer de se payer à manger, ne pouvant rester éternellement dans les centre pokemons, il fallait un peu s'en sortir, mais personne ne voulait d'une fille sans études. Du coup, elle se tourna vers ce qu'ils appellent tous études, pour avoir un diplôme. Autant dire que lorsqu'elle a demandé conseil on la regardait un peu bizarrement, mais on lui demanda ce qu'elle aimait faire et autant dire que c'était tout sauf simple d'avoir une réponse. Heureusement pour elle, c'était une fille intelligente et qui apprenait vite alors on lui proposa de se rendre à l'école, elle serait plus âgée que la plupart mais ça arrive. Après ça elle aurait tout le temps de se décider sur quoi faire. C'est ainsi qu'elle intégra une classe mixte. Autant dire qu'on la prenait pour une idiote et qu'elle passait la plupart de ses journées seule à simplement travailler, les jeunes ici étaient trop jeunes pour elle et surtout elle était un peu... à l'écart, un peu étrange dans sa façon d'être peut-être. Alternant ses nuits aux centre pokemon et dans la rue, la demoiselle obtint finalement son diplôme au bout de quatre ans ! Heureusement qu'on l'avait aidé à intégrer l'école parce que niveau papier c'était pas trop ça.

- Alors que veux-tu fais ? Tu viens d'obtenir ton diplôme félicitation !
- … Heu...
- Tu n'as pas choisis ? Voyons où est-ce que tu es douée... Dans beaucoup de matière en fait, mais tu as l'air d'aimer bouger et observer, tu ne voudrais pas être prof ?
- Enseigner... ?
- Non, pour observer et en apprendre d'avantage sur le monde qui nous entours. Tu es curieuses, je suis sûr que ça te plairais, qu'en dis-tu ?
- … Pourquoi pas. Je peux faire ça vraiment ?
- Bien sûr. Il te suffit de choisir parmi les professeur disponibles de la région et on y enverra ton ficher et tu pourras commencer par être assistante. Figure toi que c'est payé comme un vrai métier en plus.
- Vraiment ? Alors avec plaisir !

Et c'est finalement en ouvrant le dossier des professeurs de la région qu'elle pointa du doigt celui d'un dénommé Akira. Une petite remarque amusante fut faite à ce sujet, mais son dossier est partit. Et c'est dans le centre pokemon qu'elle eut alors le courrier affirmant qu'elle commencerait le mois prochain à travailler là-bas, elle avait été accepté. Contente à l'idée de bouger et surtout d'avoir un vrai travail. Sa valise faite, la voilà partit à pied, sans le moindre sous en poche pour Rosalia. Heureusement la route n'était pas très longue et en arrivant sur place, la jeune fille fut admirative de la beauté de la ville et contente à l'idée d'y vivre du coup. Sa maigre chance ne s'arrêta pas là. En effet, après une nuit à dormir dans le parc non loin, un homme à l'allure plutôt misérable lui indiqua qu'il avait laissé une petite caravane sur les abords de la villes, qu'elle pourrait y loger, qu'elle n'était pas en assez bon état pour bouger et que du coup, il était contraint de la laisser-là. Et croyez-le ou non, malgré l'état déplorable de la chose, Yuuna partait du principe qu'elle était enfin capable d'avoir un petit chez elle et se débrouiller. Un coup de ménage pour rendre la chose plus vivable et c'est fait. Se nourrissant des distributions d'aides qui arrivaient parfois au centre pokemon, la demoiselle se débrouilla jusqu'au jour J. Ayant déniché ses vêtements les plus récents pour paraître normale, c'est avec son petit sourire qu'elle avait poussé les portes du laboratoire. Le cœur battant, espérant avoir droit à sa nouvelle vie promise.

Gentil petit joueur •
Pseudo ▬ Raffy
Âge/Date de naissance ▬ Je suis... pané /out/
Comment es-tu arrivé ici petit être ? ▬ Tout est toujours la faute de Kanon c'est la seule chose à retenir -pan-
Votre activité sur le forum sur une échelle de 1 à 10 ? ▬Toujours pareiiil
Ton Pokemon préféré ▬  PAS LES GOUPIX #reproenmasse
Que penses tu du forum ? ▬ Que le staff est so faaaabuleux -pan-
As-tu bien lu le règlement ? ▬ NON



Lyria n'aime pas les truc vide tout blanc ♥️
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://art-moderne-test.forumactif.org
avatar
Test rang

Messages :
199

Date d'inscription :
22/07/2014

Arcane / Pouvoir :
DIEU

Age :
23

J'habite à :
Beaune

Mon Shopping :
Test rang
MessageSujet: Re: Je rentre à ma maison !   Sam 12 Mar - 0:08

ABOUT ME


NOM : //
PRENOMS : Yuuna
SURNOMS : Yuu
AGE : 24 ans
REGION : Johto
ORIENTATION : Hétéro'
METIER : Assistante Prof
Autre : Hybride Galopa Shiny


IN MY MIND


Gentille • Soumise (tente de s'améliorer) • Surdouée • Innocente • Douce • Autodidacte • Affectueuse • Curieuse • Attentive • Indécise • Fidèle • Débrouillarde • Discrète • Vive • Souriante

HISTORY


Né d'une union particulière elle est née pour être vendu à la naissance à un noble d'Unys  ▬ Dès l'âge de 2ans elle commence sa vie de "petit chien" ▬ A partir de 12 ans elle commence son entraînement au combat pour faire plaisir à son maître ▬ A 16ans son maître se trouve un autre hybride pour former sa Team tout juste membre de Chronos, il se désintéresse d'elle pour ce nouvel hybride plus puissant ▬ A 20 ans elle tente de se rattraper aux yeux de son propriétaire avec une mission ça se termine mal, il la blesse pour justifier sa défaire et désir s'en débarrasser ▬ Elle est laissé pour morte dans les bois blessée elle se débrouille pour survivre ▬ Quittant la région un peu au hasard elle finit à Doublonville où on l'aide pour commencer des études ▬ Au bout de 4 ans elle est dirigé vers le travaille d'assistante ▬ Elle devient alors l'assistante d'Akira



I WANT YOU


                 

   △ Idée de lien; Idée de lien
   → FREE / TAKEN

   △ Idée de lien; Idée de lien
   → FREE / TAKEN

   △ Idée de lien; Idée de lien
   → FREE / TAKEN

   △ Idée de lien; Idée de lien
   → FREE / TAKEN

ICONS














Code:
<link href='http://fonts.googleapis.com/css?family=Fjalla+One' rel='stylesheet' type='text/css'><style type="text/css">.bloc_1{width: 200px; height: 500px; background-color: #D5D5D5; text-align: center; transition: all 0.75s; -webkit-transition: all 0.75s; -moz-transition: all 0.75s; -ms-transition: all 0.75s; -o-transition: all 0.75s; opacity: 0; overflow: auto;} .bloc_1:hover{opacity: 1;} .bloc_2{width: 200px; height: 500px; background-color: #D5D5D5; text-align: center; transition: all 0.75s; -webkit-transition: all 0.75s; -moz-transition: all 0.75s; -ms-transition: all 0.75s; -o-transition: all 0.75s; opacity: 0; overflow: auto;} .bloc_2:hover{opacity: 1;} .bloc_3{width: 200px; height: 500px; background-color: #D5D5D5; text-align: center; transition: all 0.75s; -webkit-transition: all 0.75s; -moz-transition: all 0.75s; -ms-transition: all 0.75s; -o-transition: all 0.75s; opacity: 0; overflow: auto;} .bloc_3:hover{opacity: 1;}</style><table><tr><td><div style="width: 200px; height: 500px; background-image: url(http://image.noelshack.com/fichiers/2016/10/1457734101-rs1.png);  background-repeat: no-repeat;"><div class="bloc_1"><div style="text-align: center; font-family: Fjalla One; font-size: 44px; text-transform: uppercase; padding-top: 10px; word-spacing: -2px; letter-spacing: -2px"><br>[color=#0101015]ABOUT ME[/color]</div><div style=" font-family: Arial; padding-right: 10px; padding-left: 10px; line-height: 10px; text-align: justify; font-size: 10px; padding-left: 17px"><br><br>[color=#010101][b]NOM : [/b] //
[b]PRENOMS : [/b]Yuuna
[b]SURNOMS : [/b]Yuu
[b]AGE : [/b]24 ans
[b]REGION : [/b]Johto
[b]ORIENTATION : [/b]Hétéro'
[b]METIER : [/b]Assistante Prof
[b]Autre[/b] : Hybride Galopa Shiny
</div><br><div style="text-align: center; font-family: Fjalla One; font-size: 44px; text-transform: uppercase; padding-top: 10px; word-spacing: -2px; letter-spacing: -2px"><br>[color=#010101]IN MY MIND[/color]</div><div style=" font-family: Arial; padding-right: 10px; padding-left: 10px; line-height: 10px; text-align: justify; font-size: 10px"><br><br>[color=#010101]Gentille • Soumise (tente de s'améliorer) • Surdouée • Innocente • Douce • Autodidacte • Affectueuse • Curieuse • Attentive • Indécise • Fidèle • Débrouillarde • Discrète • Vive • Souriante[/color]</div></div></div></td><td><div style="width: 200px; height: 500px; background-image: url(http://image.noelshack.com/fichiers/2016/10/1457733950-rs2.png);  background-repeat: no-repeat;"><div class="bloc_2"><div style="text-align: center; font-family: Fjalla One; font-size: 44px; text-transform: uppercase; padding-top: 10px; word-spacing: -2px; letter-spacing: -2px"><br>[color=#010101]HISTORY[/color]</div><div style=" font-family: Arial; padding-right: 10px; padding-left: 10px; line-height: 10px; text-align: justify; font-size: 10px"><br><br>[color=#010101]Né d'une union particulière elle est née pour être vendu à la naissance à un noble d'Unys  ▬ Dès l'âge de 2ans elle commence sa vie de "petit chien" ▬ A partir de 12 ans elle commence son entraînement au combat pour faire plaisir à son maître ▬ A 16ans son maître se trouve un autre hybride pour former sa Team tout juste membre de Chronos, il se désintéresse d'elle pour ce nouvel hybride plus puissant ▬ A 20 ans elle tente de se rattraper aux yeux de son propriétaire avec une mission ça se termine mal, il la blesse pour justifier sa défaire et désir s'en débarrasser ▬ Elle est laissé pour morte dans les bois blessée elle se débrouille pour survivre ▬ Quittant la région un peu au hasard elle finit à Doublonville où on l'aide pour commencer des études ▬ Au bout de 4 ans elle est dirigé vers le travaille d'assistante ▬ Elle devient alors l'assistante d'Akira [/color]</div><br><br><div style="text-align: center; font-family: Fjalla One; font-size: 44px; text-transform: uppercase; padding-top: 10px; word-spacing: -2px; letter-spacing: -2px"><br>[color=#010101]I WANT YOU[/color]</div><div style=" font-family: Arial; padding-right: 10px; padding-left: 10px; line-height: 10px; text-align: justify; font-size: 10px"><br><br>                 

    [color=#010101][b]△ Idée de lien; [/b] Idée de lien
    [b]→ FREE / [strike]TAKEN[/strike][/b]

    [color=#010101][b]△ Idée de lien; [/b] Idée de lien
    [b]→ FREE / [strike]TAKEN[/strike][/b]

    [color=#010101][b]△ Idée de lien; [/b] Idée de lien
    [b]→ FREE / [strike]TAKEN[/strike][/b]

    [color=#010101][b]△ Idée de lien; [/b] Idée de lien
    [b]→ FREE / [strike]TAKEN[/strike][/b][/color]</div></div></div></td><td><div style="width: 200px; height: 500px; background-image: url(http://image.noelshack.com/fichiers/2016/10/1457733959-rs3.png);  background-repeat: no-repeat;"><div class="bloc_3"><div style="text-align: center; font-family: Fjalla One; font-size: 44px; text-transform: uppercase; padding-top: 10px; word-spacing: -2px; letter-spacing: -2px"><br>[color=#0101015]ICONS[/color]</div><div style=" font-family: Arial; padding-right: 10px; padding-left: 10px; line-height: 10px; text-align: justify; font-size: 10px; padding-left: 17px"><br><br>[/color][/color][/color][/color]
[center][img]http://image.noelshack.com/fichiers/2016/10/1457737570-icon1.png[/img]

[img]http://image.noelshack.com/fichiers/2016/10/1457737570-icon2.png[/img]

[img]http://image.noelshack.com/fichiers/2016/10/1457737587-icon6.png[/img]

[img]http://image.noelshack.com/fichiers/2016/10/1457737570-icon4.png[/img]

[img]http://image.noelshack.com/fichiers/2016/10/1457737570-icon3.png[/img]

[img]http://image.noelshack.com/fichiers/2016/10/1457737587-icon5.png[/img][/center]
<br></div></div></div></div></td></tr></table>



Lyria n'aime pas les truc vide tout blanc ♥️
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://art-moderne-test.forumactif.org
avatar
Test rang

Messages :
199

Date d'inscription :
22/07/2014

Arcane / Pouvoir :
DIEU

Age :
23

J'habite à :
Beaune

Mon Shopping :
Test rang
MessageSujet: Re: Je rentre à ma maison !   Ven 6 Mai - 20:17
C. H. Azael O. Sytry
Makishima Shougo (Psyco-Pass)
Cosmo Hellfried Azael Orochi Sytry
Hétérosexuelle/Désintéressé
28 ans d'apparence
Giratina Shiny
Chef médecin légiste de l'hôpital de Safrania
Monde distorsion ? Sinnoh on va dire
Attaques
♦ Ombre Portée {Cette attaque te permet de te fondre dans ton ombre pour l'étendre et ainsi frapper ton ennemis tel un esprit frappeur}
♦ Revenant {Tu disparais purement et simplement, devenant indétectable et intouchable durant un court laps de temps, tu réapparais alors pour frapper avec force et précision}
♦ Psyko {Tu es capable d'utiliser la force de ton esprit pour envoyer des ondes de chocs invisibles, tu es capables de soulever des petits objets de cette façon, mais tu préfères l'utiliser pour secouer mentalement un ennemis}
♦ Vibrobscur {Tu possèdes déjà un aura pas des plus rassurant, mais tu es capable de lui donner une forme visuel, sombre et imposant, il t'entoure et déferle sur ton adversaire tel une vague de malheurs, cela peut infliger des dégâts physique selon la puissance sinon c'est purement psychologique, la victime se sent alors oppressée}
Citation
Physique •
Quel piètre apparence tu as maintenant. C'est ce que tu as pensé au moment où tu as ouvert les yeux, dans ce monde trop lumineux pour ta rétine habituée à la noirceur du monde distorsion. Ces yeux qui étaient bleu autrefois ont désormais une couleur doré, magnifique pourtant. Mais cette couleur clair te rend toujours autant sensible à la lumière, rendant l'astre du genre bien agressif à ton goût. Tu as baissé les yeux vers le sol, découvrant alors la caresse de l'herbe sur ta peau pour la première fois de ta vie. Cette peau d'un blanc si pâle qu'on pourrait jurer que tu es malade tout le temps. Pourtant, elle est d'un blanc pur et éclatant, et dépourvut de bien des défauts. Son inconvénient ? Eh bien, si tu passes le plus clair de ton temps à l'ombre dès que possible et à l'abri des rayons, ce n'est certainement pas qu'une question de goût, tu as toujours détesté t'exposer sans raison face au soleil et ça, ta peau est visiblement d'accord avec toi Risquant alors de prendre des couleurs à la moindre exposition prolongée et trop forte. Ton corps qui te donnait l'impression de ne pas être toi était pourtant bel et bien le tient. Tu n'avais plus cette forme semblable à celle d'un dinosaure, ou d'un serpent, ça pouvait varier, maintenant, tu as quatre membres classiques. Une corpulence fine comme celle du serpent que tu pouvais être, au poins qu'on t'as souvent demandé si tu te nourrissait assez. Il est vrai que tu n'es pas un grand mangeur et que tu as tendance à n'avoir que la peau sur les os en apparence, pourtant il ne faut pas s'y fier, même si quelques aspect de minceur sont visible, tes muscles sont bel et bien là. Te permettant de courir comme il faut quand tu as besoin ou alors de porter des choses. Mais il faut l'avouer, ta force ne se trouve pas dans tes coups de poings ou dans tes jambes.

Relevant les mains qui étaient maintenant tiennes, tu as tournés tes doigts fins dans tous les sens, comme pour t'habituer à ce concept. Avant de finalement te relever. Tu es plutôt grand, sans non plus exagérer. Tu dois tout de même avoisiner le mètre quatre-vingt dix certainement, peut-être un petit peu moins. Te donnant alors l'impression d'être plus fin encore que tu ne l'est réellement. Non vraiment, tu ne vas pas t'effondrer au premier coup de vent. Tu n'as juste pas l'habitude cette forme. Tu t'es alors dirigé vers le point d'eau le plus proche, curieux mais à la fois terriblement déstabilisé par ce que tu allais voir dans ce reflet. Le choc te laissa alors perplexe et immobile. Des traits fin, collant parfaitement avec l'allure que tu donnais, une chevelure blanche et désordonné tombant alors de chaque côté de ton visage. Ces derniers sont de longueur plutôt moyenne devant, pouvant alors atteindre tes épaules aisément dans ton dos. Pourquoi pas. L'ensemble de ton visage reste des plus simple et normal, tout en finesse, un sourire qui te va plutôt bien même si tu ne sais pas forcément l'utiliser comme il faut. Moui, tu n'as pas été spécialement lésé physiquement, tu restes plutôt mignon dans ton genre.

C'est alors qu'on t'as trouvé. Tu était à ce moment-là nu. Il t'as fallut du temps avant de pouvoir déterminer l'utilité d'avoir des vêtements et surtout de te forger tes propres goûts. Tu te disais que c'était ennuyant et puis finalement, tu te disais que c'était mieux d'en porter. Tu as souvent une préférence pour les couleurs clair, rappelant ta forme d'autre fois. Au fil du temps, tu as commencé à mettre divers t-shirt, chemise, tout ce qui peut te convenir sans trop en faire. Les manteaux longs ont en revanche toujours été ta grande préférence, associant souvent l'élégant au simple et pratique. Lorsque tu travailles, tu portes une blouse blanche donnant l'impression que tu ne retire en fait jamais ton long manteau blanc. Pourtant, il est tellement facile pour toi de ruiner tes vêtements avec tes transformations...

Comme par exemple ses ailes immenses et noirs que tu peux faire apparaître dans ton dos. Tranchant avec ton apparence clair et blanche, ces derniers semblables à des ailes de chauve-souris déchiquetés sont portant capable de te soulever pour te porter. Mais tu en as de la chances, car ta forme original pouvait changer, du coup, il faut avouer que tu apprécies fortement retrouver ses espèces de longs pics articulés dans ton dos. Tu peux en avoir un total de six, et c'est très pratique, sombre et acéré grâce à leur pointe, cela fait de ces derniers une armes redoutable et d'une excellente porté, sans parler de leur mobilité o'combien pratique. Lorsque tu te décide à relâcher ton pouvoir lorsqu'on te pousse, un casque de métal fait son apparition autours de ton visage, l'enfermant de la même façon qu'autrefois. Tandis que des pics viennent alors fendre ton dos. Mais il faut l'avouer, cela t'es presque jamais arrivé, inutile d'en arriver si loin n'est-ce pas ? Les ailes et des pics articulés, voilà qui est bien suffisant. Le plus ironique est certainement que lorsque tu te regarde, tu te souviens alors qu'Arceus t'as fait alors de couleur si clair, si belles. Blancs comme la neige, c'est ce qui ressort dans cette forme humaine en plus. Pourtant, tu es le mal, amusant n'est-ce pas ?

Caractère •

Qui es-tu Azael. Tu es le mal, tu es Giratina, tu es un être destiné à être mauvais, parce que tu es le mal. Tu es étranges, que fais tu dans ce monde ? Tu ne devrais pas être dans le tient ? À l'écart de tout. Toi et ton frère n'êtes que des parias, des êtres créé par Arceus lui-même et pourtant rejeté immédiatement dans ce monde à part fait à votre image. Tout n'est que chaos là-bas, rien n'a de sens, à la fois coupé de tout mais terriblement lié au reste du monde. Tu es toi même incapable de dire combien de temps tu es resté dans ce monde vide de toute vie. Il n'y avait que toi-même et ton frère. Pas de quoi vous arranger c'est sûr. Vous étiez là, à contempler ce monde, à le voir grandir depuis votre cage infernale. Les rares fois où vous sortiez, c'était semblable à la venue du Diable sur Terre. Chose assez ironique, tu ne peux même pas prétendre être l'égal d'Arceus en terme de puissance. Il a toujours été plus fort que toi. D'une force à t'en donner la gerbe tellement tu trouves ça répugnant et détestable. Parce qu'il t'a fait ainsi. Parce qu'il a décidé que tu portais le mal, que tu étais une erreur. Alors depuis toujours, tu le sais, tu l'as implanté dans ton esprit. Tu es le mal oui, mais est-ce ce qui te définit ? Est-ce la seule chose à retenir de toi ? Toi-même tu ne le sais pas trop. Pourtant, si j'en crois cet écrit que je suis en train de faire sur toi, tu as visiblement une personnalité. Cette dernière s'est développé lors de ta sortie de cette prison, te faisant alors découvrir des choses dont tu ne soupçonnait pas l'existence. Jusqu'à maintenant, il n'y a qu'une seule chose qui te divertissait, c'était le mal qui corrompait ce monde. Il est toujours là, c'est toujours une distraction à tes yeux, pourtant tu es autre chose Giratina. Puisque tu réponds sous le nom d'Azael aussi, de Cosmo, ou de bien d'autres.

Ton crime est ta propre existence. Ça alors, je suis certain d'avoir déjà lu ça quelque part, enfin qu'importe. C'est quelque chose qui dirige ta vie, et qui t'as certainement influencé bien plus que tu ne veux bien l'avouer Azael. Tu es haineux, tu déteste facilement des choses et y réagit de façon bien plus vive qu'il ne le faudrait parfois. Oh, tu n'es pas le genre de petite frappe qu'on insulte et qu'on énerve, c'est bien plus subtile que ça, ce sont des points précis de ton être qu'il faut toucher et être sûr de ce qu'on avance. Mais ton statut de renégat t'as toujours rendu susceptible. D'ailleurs il est assez difficile de savoir ce que tu aimes et déteste réellement, c'est assez changeant et des choses que tu peux tolérer un jour ce ne sera pas le cas le lendemain, cela fait de toi quelqu'un d'assez instable. Pourtant, malgré cette haine que tu as eut envie de cracher au monde, ton incompréhension, tu es quelqu'un d'un naturel calme. Il n'est pas rare en effet de te voir avec un sourire sur le visage, parfois il fait bien, parfois, étrange. On ne sait pas trop comment t’appréhender, tu es calme, tu es le calme avant la tempête. L'être d'un calme reposant mais dont on se doute qu'il déclencherait des tempête si on te sortait de ta stoppeur. Qu'est-ce qui t'as arrêté ? La peur peut-être ? Non. C'est bien trop fort, tu ne sais pas ce qu'est réellement la peur. C'est juste le faire de ne pas savoir ce qui t'arrivait. De ne pas savoir combien de temps ta liberté t'est donné et la non-envie de te retrouver à nouveau en cage comme depuis l'aube des temps. Alors tu as fermé cette haine au fond de toi, et gardé tes questions existentielles te concernant pour toi, et tu souris. Préférant alors oublier ce qui t'as dirigé pendant toutes ces années, et t'offrir comme une seconde chance.

Ta prison t'as rendu peut-être un peu aigri, pas très ouvert aux autres, faut dire que tu ne parles jamais de toi. Parce que les autres n'en valent pas la peine, tu préfères toi savoir tout sur les autres que l'inverse. De toute façon, tu n'as pas spécialement envie qu'on te connaisse en détail. Qu'on se fasse un avis sur ta personne sur ce que tu es au lieu de ce qu'on peu déduire en entendant ton réel nom. Pourtant faut l'avouer, t'as pas un aura des plus accueillant, tu n'est pas le genre de personne qui donne l'impression de rire à tout et n'importe quoi. Faut dire, que t'as pas envie, un peu par flemme peut-être tu sais pas trop, parfois tu trouves les mortels tellement fatiguant. Pourtant, tu es très bien intégré à cette société que tu as souvent vu de loin, par ennuie, ou par curiosité tu sais pas trop. Tu es semblable à un élément qui tournoie autours des mortels assez proche pour t'y mêlé mais assez loin pour sembler différent. Tu ne te caches pas autant que tu ne t'étales pas sur le sujet. Tu es un être solitaire mais intégré à cette société qui t'intéresse autant qu'elle t'exaspère.

Faut dire que tu es quelqu'un de plutôt intelligent et curieux. Tu aimes voir les choses autours de toi, observer, comprendre en silence et enregistrer dans ton cerveau tout ce que tu peux y mettre. Parce que tu as toujours eut que ça à faire de ton existence Giratina. Observer et retenir. Tu n'as toujours été qu'un spectateur et c'est la place qui te sied le mieux. Les mortels sont un ennuie de part leur bêtise et leur faiblesse, mais également une source de distraction qui t'intéresse. Pourquoi ? Simplement parce qu'au final, il faut bien occuper ta longue existence et quand bien même tu t'es calmé pour te calquer sur ce monde, tu n'en reste pas moins la représentation du chaos, et même si c'est un raccourcit trop facile pour te décrire, tu es forcément lié à cette dernière.

Parce que la vie est un jeu. Tu as l'occasion d'y jouer depuis peu, mais les mortels sont comme des pions que tu vois t'agiter sous ton regard d'immortel. Tu es très terre à terre face à la vie, et à tendance à dire la vérité et l'évidence selon toi. Tu es au dessus de tout ça après tout, alors tu peux bien te le permettre. Il faut le dire, t'es plutôt du genre prétentieux. Tu as de quoi après tout, tu es Giratina, tu es le mal et ton existence est la source même de ce fléau qui a toujours fait partit de ce monde. Ton esprit te pousse parfois à agir, à faire des choses qu'on pourrait qualifier de mal, pourtant, tu n'es pas violent, du moins pas plus que la norme ou que tu n'as besoin de l'être. Tu as toujours préféré la torture psychologique. Parce que la manipulation c'est ton truc, voir des choses s'accomplir selon tes désirs tout en gardant les mains dans les poches t'amuse. Parce que tu trouves les humains tellement affligeant de par leur bêtise. Les mortels sont tellement facile à avoir, tu es tellement plus fort qu'eux. Mais à la fois, ils sont une source amusement sans limite. Et tu n'as nul envie de repartir d'ici oh que non.

Ta vision du monde t'es propre et peut-être particulière. Tu n'es pas spécialement méchant, ni gentil. Tu es le mal, mais tu es blanc comme la neige quand on te regarde. Tu ne te vois pas comme un être de discorde, tu vois le monde comme si c'était une évidence même qu'il en était rempli. Ton existence est un pêché autant qu'elle est un mal pour un bien pour l'univers. Oui, c'est comme ça que tu vois les choses et après tout, tu emmerdes tout ceux qui pourraient penser le contraire. Les utopistes et les rêveurs, souvent tu les déteste, simplement parce qu'il n'accepte pas le Chaos, parce qu'ils ne t'acceptent pas. Pourtant, tu es le premier à dire et affirmer qu'il n'y a pas besoin de te présence pour qu'il soit présent, le cœur des mortels est fait pour te détester autant que te chérir. Tu es un rouage complexe aimé et détesté du genre humain. Une partie de ce monde étrange et pourtant nécessaire. Et cette complexité qui te régit, qui fait de toi ce que tu es. Ce mélange entre ta personnalité et ce que tu représente

Après tout, même si tu es le Chaos, même si tu n'es pas très empathique, voir par du tout, ça ne fait pas forcément de toi un être détestable. Tu es après tout calme et donc une bonne oreille qui écoute. Tu ne montre pas de compassion, mais tu ne juges que lorsque tu tu en vois la nécessité. Sinon tu te contentes d'écouter les choses, comme un spectateur.

Tu es Giratina. Tu es le chaos blanc. Tu es Azael. Tu es le médecin légiste. Tu es le mal. Tu es un être vivant. Tu es toi-même et non pas ce qu'on a décidé pour toi.

Histoire •
- Une abomination. Une imperfection. Voilà ce que tu es. Arceus était là seul, au milieu du néant, et s'est décidé soudainement qu'il devait y avoir de la vie dans ce monde. Allez savoir, c'est certainement une lubie de Dieu, personne ne peut se mettre à sa place, pas même ses premières créations. Il a commencé par créer alors ce qui devait faire tourner ce monde correctement. La notion de temps et d'espace, de Réalité, d'Idéal. Bref, toutes ces choses qui faisait que le monde avançait et tournait et que cette planète existait. Deux être furent alors créer pour permettre à ses choses d'exister, différents uniquement de part leur couleur. Tout était partit pour bien aller. C'est vrai, la vie allait arriver, les Légendaires étaient alors des être fabuleux, puissants et aussi nécessaires que bénéfiques. Mais ce que Dieu ne savait pas malgré sa toute puissance, c'est qu'il t'avait créé. Toi et un autre semblable à toi. Des ombres de lui-même, l'imperfection ultime de sa création que devait être « l'univers et la vie ». L'incarnation du mal et du chaos. Certains ont prit un malin plaisir à te comparer au Diable, l'opposé d'Arceus, mais hélas pour toi, tu ne peux même pas prétendre être un Dieu aussi puissant que lui. Il l'était toujours plus. Et lors de la création par accident du chaos, ce dernier fût jeter alors dans un autre monde, un endroit où il ne pourrait envahir le monde du mal qu'il représente certainement. Mais lorsque tu t'es retrouvé enfermé dans une dimension qui n'était lié en rien au monde réel. Le Giratina blanc pense et finit alors par conclure que quoique pouvait en dire leur créateur, ton existence était une obligation. Le point noir à la création de la vie, ayant malgré tout une influence sur cette dernière. Lorsque les premières créatures sont venus, tu as remarqué que le mal pouvait exister dans le cœur et l'esprit de chacun. Quand bien même les Giratina se trouvaient dans cette dimension, ton influence pouvais se faire ressentir. Oui. Le Chaos existe en partit dans ce monde et ça, pas même Dieu ne pourra rien y faire.

Le temps à passé. Tu te trouvais alors dans ce monde, seul, toujours. Ta meilleure compagnie n'avait toujours été que toi-même. Tu ignorais alors le temps qui passait et ne pouvait s'en faire une représentation. Le jour et la nuit n'avaient jamais d'importance, te était le maître de cet endroit qui était à son image, vide, brisé, et simplement chaotique. Rien n'a de sens dans cet endroit, tout ce qu'on peut y trouver est à ton image. Parfois, tu pouvais voir le monde des humains, alors tu le regardais en silence. Avec une fascination qu'on pourrait presque juger comme malsaine. Mais qu'est-ce que tu pourrais faire de plus hein ? Comme si tu avais eut le choix, tu as été enfermé ici, pour le simple fait d'exister. Alors parfois, il arrivait de voir l'énorme entité détruire des choses sans raison. De rire lorsque tu voyais le mal s'abattre sur ce monde si parfait que désirait Arceus. Possédé par une certaine jalousie qui s'exprimait parfois avec une certaine folie. Le temps était tellement long, les passages sur Terre tellement rares. Au final, tu te disais que tu n'avais besoin de rien d'autres que ta compagnie, cette curiosité te servant de passe-temps. Peut-être qu'une partie de ton esprit à réussit à se convaincre que tout était bien comme ça. Du moins. Ça c'était jusqu'à ce que tout change.

Un trou béant s'est ouvert devant toi, et tu es tombé. Aspiré en dehors de ce monde qui était à la fois ta prison et ta maison, c'est alors un air nouveau qui vint s'engouffrer dans tes poumons, une douceur étrange qui se trouvait sur ton visage. Tu te sentait petit, faible, mais aussi dans un endroit gorgé de vie qui t'étais inconnu. Ce n'est qu'au bout de plusieurs longues minutes que la créature humanoïde que tu étais devenu ouvrir les yeux. Un mal de tête atroce te poussais à rester sur le sol. Tandis que c'est l'esprit embrumé que tu aperçut ce corps qui n'était pas le tient, ou plutôt que tu ne reconnaissait pas. Où était cette queue énorme qui te donnait une allure de serpent ? Cette tête imposante plaquée de métal ? Disparut. À la place, c'est un peau pâle, un corps plutôt fin qui se présentait à toi, des mains et des pieds. Autant le dire, pendant un long moment tu es resté complètement bloqué par cette chose que tu ne connaissait pas. Perdu. Tu es allé jusqu'à chercher au plus profond de toi, pour retrouver cette part de toi même que tu pensais avoir perdu. Non. Tu pouvais toujours te transformer, pour ton plus grand soulagement. C'est ainsi que pour la première fois tu t'es relevé, que tu as pût alors prendre le temps d'observer ce monde qui t'entourais. Ce monde vu tellement de fois de façon si lointaine, si coloré. A cet instant précis, tu t'es demandé quel genre de vie tu aurais le droit de mener, qu'est-ce qu'Arceus ferait. Viendrait-il te chercher une fois de plus pour te jeter dans ta prison ? Ou bien était-ce une nouvelle chance ? En tout cas, ton esprit te poussait à te dire que c'était la deuxième option. Et de toute façon ta curiosité te poussait à avancer. Pour alors pour la toute première fois de ta vie. Rencontrer le genre humain. Les gens semblaient tous perdu. Tu es arrivé dans une ville plutôt petite dans Sinnoh, entourée de forêt. Les gens ne prêtaient pas d'attention à toi, beaucoup se trouvaient visiblement en train d'essayer de régler cette histoire de « nouveau humains ». Beaucoup semblaient perdu, mais personne n'avait cet air impassible scotché sur tes traits. Cette façon de regarder les choses comme si tout n'était qu'un spectacle ou un film. Le dos voûté, peut habitué à cette posture, une main se posa sur ton bras. Te poussant alors à relever la tête et par réflexe retirer ce dernier. Le contact te semblait étrange. Jamais on ne l'avait fait. Pourtant. Malgré cette façon brusque de la repousser, la demoiselle eut alors un sourire.

- Tu es un Pokemn toi aussi ? Ne t'en fais pas. C'est normal d'être perdu. Tu étais sauvages ? Ne bouge pas je vais te chercher de quoi te couvrir, tu ne peux plus rester sans vêtements comme ça.

La gorge serré, comme tu apprenais le concept de parler, chose qu'il ne faisait jamais. Un simple son sortit de ta gorge, surpris de ce que tu pouvait faire. Avant de baisser les yeux sur ton corps nu. Ah. Tu avait remarqué que les humains étaient des vrais vers de terre, pourtant ils se couvraient avec du tissus. Une couverture vint alors couper le vent qui te donnait froid, tu venais de le remarquer. Pourtant tu ne disais rien. Une partie de toi se sentait totalement désorienté par tant de changement. Tandis qu'une autre éprouvait un certain dégoût pour cette gentillesse qui émanait des êtres vivants, comme si tu ne pouvais y croire. Mais tu n'as rien dit. Et même si tu refusais qu'elle ne te touche, tu l'as suivit, pour alors goûter pour la première fois de ta vie à un repas. C'est vrai, tu ne mangeais jamais dans le monde distorsion, comme si l'endroit était fait pour que tu puisses vivre sans jamais le faire pleinement. Ce goût te donnas alors envie de sourire, en coin, légèrement. C'était beaucoup trop pour un être comme toi. Tant de chose à apprendre et découvrir. Plus d'une fois tu es partit pour simplement vagabonder. Regarder ce monde, sentir tout ce qui t'étais interdit. D'observer en silence les gens. Mais cette femme te retrouvait toujours et semblait décidé à vouloir t'aider. Comment s'appelait-elle ?

- ...Alice.
- Ah ! Enfin ! Ça y est tu peux parler !
- C'est juste pour te dire que mon estomac se manifeste étrangement.

La sensation de fin. Décidément malgré le temps qui passait tu semblais avoir du mal de comprendre. Pourtant ici, faut avouer que cela te permis de remettre tes idées aux clairs et de découvrir pour la première fois la joie de la lecture. Elle semblait très heureuse le jour où tu es allées la voir pour lui dire.

- Qu'est-ce que cela ?
- Un livre. Tu veux que je te le lise ?
- Quel est le but d'un livre ?
- Eh bien... Tu peux y trouver des informations, parfois apprendre des trucs, ou simplement pouvoir lire une histoire et te l'imaginer.
- Je préférerais le faire moi-même.

La fierté mise de côté, tu appris alors à lire Ce fût assez long faut l'avouer Mais à cette époque cela semblait normal, beaucoup de pokemon débutait dans ce monde nouveau. Et à chaque fois qu'elle te demandais quelle était sa race, tu ne répondais jamais. Faut l'avouer, au bout de plusieurs mois ici, Giratina, toi, l'être solitaire du chaos te demanda alors pour la première fois, qu'est-ce que tu ferais. Et si le jugement de quelqu'un sur ta personne t'affecterait. Pour la première fois de ta vie, tu t'es remis en question, en te demandant si au final tu pourrais vivre une vie normal, comme tu l'as si longtemps observé. Cette question est restée dans ta tête durant plusieurs mois. Durant ces mois qui t'ont permis de comprendre ce monde qui t'étais inconnu.

Cette femme, qu'est-ce que tu pouvais la trouver collante. Alors que tu étais enfin capable de faire des choses par toi-même, cela ne l'empêchait pas de toujours rester à tes côtés. Et quand tu lui disais de te laisser de façon sec, elle avait toujours ce sourire. Pourquoi souriait-elle ainsi ? Parfois, elle te glissait même des compliments, mais cela te passait totalement au-dessus. Tu étais juste impassible, un spectateur à ce monde dont tu te demandais si tu en faisais réellement partit. Et un jour, elle est venu te voir. Tu étais assis dehors, simplement en train de profiter des rayons du soleil, cette chose que tu ne savais pas si agréable avant d'être sortit de ta prison. Elle est venu et a commencé à te parler, pour savoir si tu avais envie de faire choses... De sortir qu'elle disait. Mouais. Malgré ton air peu convaincu, il faut avouer que tu ne disais pas grand chose encore à cette époque, tu étais le gars silencieux et mystérieux, qui refusait de parler de lui-même c'est tout.

- Alors ça te tente de sortir avec moi ? On pourrait faire une balade par exemple ? Et puis... Tu pourrais parler un peu de toi, ça fait un moment que tu es ici depuis le grand changement après tout.
- … Non.
- Oh allez. Je.. t'apprécie beaucoup tu sais...
- Vaut mieux pas pour toi.
- Mais si... Avait-elle dit en s'approchant.
- Tu n'es qu'une mortel. Une humaine. Alors reste loin de ma personne. Tu ne peux t'entendre avec le chaos alors va retourner te faire des amis à ton image, niais.
- … P-pardon ?
- Tu m'as parfaitement comprise humaine.

D'ailleurs, à cet instant, ses pics pouvant alors rappelant un peu des pattes d'araignées étaient sortit de ton dos, te donnant un air menaçant, laissant alors la jeune femme sur place. Bouche-bé. Eh ouais. C'est ça être le Chaos, on fait peur par sa réelle apparence. On. Quoi ? Bloqué, faut avouer que tu ne t'étais pas attendu un seul instant à la voir se jeter sur toi pour t'étreindre.

- Je m'en fiche de ce que tu es... Je t'apprécie beaucoup... Que dirais tu de te trouver un vrai nom alors.. ?
- … Non.
- Cosmo ? Que dirais-tu de Cosmo ?
- J'ai dis non.

Pourtant tu n'avais pas bougé. Et à cet instant elle t'a servit son sourire des plus niais pour t'embrasser. Tu n'as absolument pas compris ce qu'il s'est passé à cet instant, tu étais perdu sur ta propre identité et ce que tu avais toujours été. Ce nouveau corps était une contradiction total avec ta façon de voir les choses. Pouvais-tu changer ? Être... normal ? Tu t'es posé la question. Pendant un peu de temps. Peut-être. Un mois avec cette femme qui te collait. Tu n'étais pas démonstratif comme homme pourtant, pas du tout. Pourtant elle te disait qu'elle t'aimait et semblait y croire que ça pouvait marcher. Parfois elle t'encourageait, te disant que tu avais droit à ton bonheur. Et pendant quelques jours, tu t'es peut-être dit que tu pouvais le faire. Oui. Tu as été en couple. L'as-tu seulement aimé un seul instant ? Tu n'en sais rien. En fait tu en doutes très franchement. De toute façon vu ce qu'il s'est passé, il est impossible que tu ais eut de réels sentiments pour cette belle femme... Tu avais cru pendant un instant être devenu différent, avoir changé. Ne plus être l'entité du chaos, cette chose destructrice. Mais tu as compris que tu t'étais trompé. Qu'il était temps. De reprendre ta vie en main. Ton moment d’impassibilité était passé. Cela faisait un peu plus d'un an que tu avais cette forme. Le Giratina en toi brûlait d'envie de sortir, de reprendre sa place. Tu ne pouvais pas être normal, tu es Giratina, c'est tout.

Tu étais debout. Devant elle, à la regarder. Ton regard vide exprimait alors une flamme retrouvé. Cet amusement que tu éprouvais lorsque tu regardais les mortels à l'époque, leur.. bêtise. Un sourire en coin se dessina sur ton visage. Il était tôt, très tôt. Le jour se levait tout juste. Elle avait alors ouvert doucement les yeux, se les frottant pour s'aider à se réveiller.

- Cosmo.. ?
- C'est Giratina.
- …. Hm... ? Qu'est-ce que tu racontes.. ?
- Tu m'aimes ?
- … Bien sûr que oui quelle question. Je t'aimerais et te soutiendrais toujours.
- Parfait.
- Hein.. ?

Tu avais alors sortit ses pics difformes, l'un d'eux c'était planté sans prévenir dans l'épaule de la jeune femme la soulevant alors pour la cloué au mur de la chambre ainsi. Le sang coulant, sa voix déchirant alors le silence qui jusqu'à présent était le maître. Ton sourire devint plus large. Comme fasciné par cette expression de terreur qu'un visage aussi doux et beau pouvait affiché. Quelles étaient toutes les expressions qu'un humain peut ressentir, tout ce qu'il peut faire sous l'impulsion et cette agressivité... Sans la lâcher, tu t'es approché d'elle, la terreur dans ses yeux te fit sourire.

- Quelle belle expression. Toi qui affichais toujours ce sourire, tu as tellement de facette.

Souriant en coin. Tu avais soufflé ça sur ses lèvres. Sur les lèvres de ta proie. Tu l'as alors étrangler. Pas assez pour la tuer, juste pour l'en approcher. Pour finalement la planter sur place, la laissant alors se vider. Chaque coup que tu lui portais lui était d'autant plus douloureux parce qu'elle t'aimait. Alors c'est ça l'humain ? S'affaiblir à cause de sentiments ? Était-ce que tu avais cru devenir ? Non jamais. L'étais-tu en n'ayant jamais compris pourquoi ton existence méritais une prison à ton image ? Non. Parce que Giratina était certain, c'est qu'il allait profiter de cette vie qu'on lui avait offerte, mais à sa façon. Giratina, qui répondait depuis quelques temps au nom de Cosmo à disparut du village ce matin-là, laissant derrière lui un cadavre. On l'accuserait à coup sûr. Mais tu t'en fiche, tu es immortel et plus fort. Tu es le chaos et as tendance à le laisser derrière toi. Maintenant tu avais des choix.

Le temps passa. Pendant de nombreuses années, tu t'es demandé ce que tu allais faire cette nouvelle vie. Il y avait tant de possibilité, avant tu n'avais pas tout ça. Avant tout était tracé en une ligne droite. Maintenant que tu te retrouvais à un carrefour, tu ne savais visiblement pas quoi faire. Alors ta curiosité te poussa vers ce qui te parut à cet moment-là le plus logique, une école. Tu as alors après un certains temps à voyagé de part le monde, profitant de ta force et de ta capacité à voler pour le visiter de toute les façons possibles, tu as visités chaque régions. Finalement, tu t'es décidé et tu t'es posé à Kalos. Cela te changeait de Sinnoh et puis, il y avait des écoles partout. Par quoi commencer ? Après avoir revu les bases de l’éducation – à l'époque, c'était encore monnaie courant en raison du nombre d'hybrides débarquant de nul part-, tu en as profité pour te glisser parmi eux, telle une ombre silencieuse. Finalement, des études de psychologies étaient d'après tout ce qui t'intéressait le plus. Les mortels te fascinaient, de façon un peu étrange certes, mais tout de même. Alors une étude permettant de les observer était certainement ce qui t'intéressait le plus. Du moins. Tu le pensais. Finalement la tournure que cela a prit te motivais de suite moins, écouter les soucis des gens n'étaient pas ton point fort. Mais tu es allé jusqu'au bout, pour profiter de cet enseignement et surtout des petites parcelles que tu appréciais. Comme par exemple les maladies mentales. Ça oui, qu'est-ce que tu trouvais ça intéressant. Dommage que cela ne soit pas le pilier de cet enseignement. Ou peut-êtres étais-tu trop bizarre. De toute façon, les autres élèves t'approchaient en général peu, à cette époque, tu n'avais pas saisis l'intérêt éventuel d'un entourage et préférais rester seul. Ce n'est qu'au bout de quelques années d'études que ta vision changea légèrement et que ta nouvelles voie s'est ouverte. Cela faisait maintenant vingt ans que le changement dans le monde avait été fait et pour la première fois de ta vie depuis cette femme, quelqu'un t'as approché.

C'était un jeune hybride, il semblait très motivé et plein de vie. Tout ce que tu n'étais pas. Mais c'est pas grave. Visiblement, il était du genre à facilement approcher les gens pour parler. Et finalement, après l'avoir repoussé plusieurs fois sans dire mot, tu lui as parlé. Et vous avez échangé. Au fil du temps, tu trouvais sa compagnie pas si ennuyeuse que ça, découvrant peut-être ce que le terme ami voulait dire. Peut-être un peu. Disons que tu appréciais assez sa compagnie pour ne pas avoir envie de le fuir tout le temps. Du coup, tu as bien voulu t'ouvrir d'avantage. Tu as découvert ce que s'est de rire, d'écouter n'importe quoi. Une petite partie de toi-même devait certainement trouver ça divertissant mais une autre non. Il t'as fallut du temps pour le comprendre. Qu'est-ce que tu aimais par dessus tout. Oui. Et ça, ton grand ami Nathan pouvait t'aider. Il était venu te voir. Comme souvent. Depuis quelques temps, il parlait d'une femme qui l'attirait. Tu ne comprenais pas. Mais bon soit. Cela fait partit de l'instinct de reproduction des mortels. Tu ne te montrais pas des plus compatissant sur sa situation, mais il avait l'habitude. Mais aujourd'hui. Il était venu te voir parce qu'elle était avec quelqu'un, un autre homme. Ce jour-là. Tu as regardé le sentiment que l'on nomme jalousie dans les yeux.

- Orochi ! C'est terrible ! Oui. C'était là le nom que tu t'étais donné pour cette école et cette période de ta vie. Elle est avec quelqu'un. C'est fichue. - C'est mort.
- … Eh bien c'est finit ?
- T'es pas censé me dire ça ! J'suis trop malheureux, faut faire quelque chose !
- Si c'est finit, il n'y a plus rien à faire non ?
- Raaah. T'es nul.

Oui. C'était là le grand drame dans la vie d'un jeune homme. Mais tout ça te passait totalement au-dessus. Pourtant. Il n'avait jamais cessé de la regarder. Et parfois, dans le regard si joyeux de Nathan, tu voyais une tristesse inconnu jusqu'alors. Mieux, parfois une colère certaine. Faut dire que depuis que tu le connais il était à fond sur elle. Tu te disais que ça passerait, comme tout, mais non c'était toujours-là. Et malgré une partie de toi qui te disait que le faire changer de disque serait bien, une autre te fit alors faire un grand sourire. Dans l'Amphithéâtre, tu l'avais regardé avec un regard tellement mauvais et étrange. Lorsqu'il déprimait, en train de se gaver de gâteaux au chocolat, tu avais alors soufflé, l'air de rien.

- Et sinon Nathan. T'as songé à faire quelque chose ?
- Mais quoi ? Je peux rien faire. Mec c'est fichu... Je suis un looser.
- Si tu ne fais rien tu en es un oui.
- Merci Oro... Merci beaucoup..
- Ce que je veux dire c'est qu'il faut que tu fasses quelques choses. Analyse les choses, voyons. Quel est le soucis ?
- Mais c'est lui le soucis ! Je... Je le déteste. En plus c'est qu'un macho de première, elle sera malheureuse avec lui.
- Et donc. Je suppose qu'il suffit de... Retirer le problème pour ne plus en avoir non ?
- Comment ça ?

A cet instant. Tu t'étais relevé. Et penché sur lui. Tu semblais être tel un serpent qui murmurait de vilaines choses, voulant alors le pousser à commettre un acte qui dans ta tête, te semblait tellement amusant. Voir cet homme, si gentil et joyeux, virer si sombre. Ce changement de teinte dans son cœur était un spectacle à n'en rien louper.

- Pas besoin d'être méchant... Un. Accident. Tu sais. Elle serait certainement heureuse de trouver ton soutient derrière.
- Tu n'y penses pas tout de même !
- … Bien sûr que non. C'est une blague.

Avais-tu affirmé avec un sourire qui si on te connaissait bien, fait froid dans le dos. Bien sûr que oui tu étais sérieux. Et ces paroles n'étaient que les premières graines de la haine que tu avais planté chez lui. Il te suffirait d'un peu de temps pour que ça pousse. L'esprit humain est tellement malléable. C'est ce qui t'avais poussé à faire ses études, c'est ce que tu aimais. La folie humaine. Rien que ça. Ces facettes inexplorés. Ramenant le sujet de la demoiselle sur la table assez souvent pour l'empêcher d'oublier et relativiser. Et laissant parfois des indices. Il t'as fallu alors quelques mois pour le faire prendre. Il l'avait fait. Et lui-même ne comprenait en rien ce qu'il avait fait.

Comment l'avait-il fait ? Poussé dans les escaliers. Il l'a laissé alors agoniser, se vider de son sang, ne laissant alors pas la possibilité au secours de le sauver. Il avait eut de la chance, un accident, voilà la conclusion. Mais le cœur de Nathan s'en trouvait détruit et déformé. Culpabilisant. Et toi. Tu étais là. Habillé de blanc face à lui, tel un ange déchu qui lui avait murmurer les mauvaises idées à l’oreille. Le plus amusant était certainement qu'il ne t'en voulais même pas. Du coup ? Tu en avais ri. Et alors feint un soutient. Oh Nathan, il t'appréciait oui, le Chaos avait une affection pour toi, malheureusement, c'était devenu malsain. De toute façon, son amitié étrange ne dura pas bien longtemps derrière. Il avait fallu quelque mois pour y mettre fin. La fin de l'année arrivait. Le diplôme bientôt en poche, du moins, pour toi oui, pas Nathan. Bien sûr il avait tout raté. Il n'avait en rien récupérer la femme de ses rêves, il n'en voulait pas. C'était donc ça la culpabilité ? Intéressant. Et toi. Tu étais déjà à ce moment décidé à changer une fois de vie. Persuadé que tu venais de trouver quelque chose de plus intéressant à faire. Et avec cette fin, Nathan serait alors emporté avec toi.

Il était là, debout devant toi. L'air abattu. Il n'en pouvait plus. Il avait honte qu'il disait. Il avait tout fait raté et en plus, personne ne l'accusait, c'était lourd à porter. Bien trop lourd. Alors toi. En tant qu'ami digne de ce nom. Après l'avoir écouté patiemment, en silence et l'air impassible. Tu l'as éventré soudainement. Il a agonisé pendant quelques secondes. Le temps pour toi de lui glisser.

- Pauvre brebis égaré que tu es. Ne t'en fais pas. Tout est terminé. C'était amusant de passer du temps avec toi.

Toi même tu ne savais même pas à cette époque si Nathan t'en voulait d'avoir fait ça, autant qu'il devait certainement apprécier ce geste qui le libérait. De toute façon. La mort ne lui permettrait pas de donner la réponse. C'est une nouvelle fois en ne laissant aucune trace derrière toi que tu es disparut dans le monde. Laissant cette vie d'étudiant de côté pour l'instant, quelques années disons. Tu as eut le temps de disparaître de la vie de cette faculté en tout cas.

Tu laissais le temps passer. Peut-être dix ans, en fait, tu n'en savais trop rien, le temps s'écoule de façon différente pour toi de toute façon, tu es un Légendaire. C'est pourquoi une fois de plus tu as traversé le monde, visitant à nouveau ces lieux, y voir son évolution. C'était un fait que tu découvrais depuis que tu étais sortit de ta prison, les Humains rendant ce monde si changeant, qu'en fais tu découvre parfois des choses totalement différentes à chaque visite. Dans ton monde, il n'y avait que toi, et donc rien ne bougeait, tout était immobile. Faut l'avouer, tu aimais bien ce fait. Après ce temps passer à vagabonder. Tu avais alors trouvé un nouveau nom, Hellfried. Va savoir o tu avais l'imagination de trouver tout ça. Toujours est-il que tu entama alors pendant un bref instant une carrière dans un asile psychiatrique. Faut l'avouer, tu as utilisé ton statut de Légendaire pour pouvoir y entrer comme tu voulais et ce avec un nouveau nom d'emprunt, différent de celui que tu avais lors de l'obtention de ton diplôme, et même si tu n'es pas resté très longtemps dans ce dernier, peut-être six ou sept ans. En fait jusqu'à ce que tu te lasse de ce métier pourtant divertissant. La folie d'un cerveau était intéressante, mais le soucis, c'est que dans cet endroit, la folie est contenu. Hors quelques rares cas. Du coup, tu es partit. Tu as laissé une lettre sur le bureau du directeur sans plus de cérémonie et tu t'es éclipsé. Tu as alors reprit une vie de vagabondage qui semblait te contenir, abusant parfois de la gentillesse des gens que tu croisais pour ton propre bien être. Ce n'est que vingt-cinq ans avant notre époque actuelle que tu as trouvé la parcelle qui t'intéressait le plus chez l'être humain.

Tu te trouvais à Safrania ce soir-là. Tu as entendu un hurlement, alors que tu étais clairement dans un coin des mieux fréquenté, mais pas grave, de toute façon c'est pas comme s'il pouvait t'arriver quelque chose. Tu t'es alors bougé, pour suivre cette agitation. Un homme était avec une femme. Faut l'avouer, tu ignorais les détails de l'histoire, juste qu'un gueulait et que l'autre tentait de se défendre et de se défaire. Quelqu'un de normal à ta place aurait pu intervenir, c'est vrai, tu possède un pouvoir qui te permettrait de l'envoyer bouler tellement facilement, voir même de le tuer d'un claquement de doigt. Mais tu n'as rien fait. Tu l'as regardé la frapper. Elle tenter de se défendre et s'enfuir. Pour finalement qu'elle finisse sur le sol dans une marre de sang, tué par la rage grandissante et triste de cet homme qui semblait à la fois satisfait et triste de son geste. L'expression sur son visage était juste.... Délicieuse. Tu as applaudit. Provoquant sa fuite. Tu t'es penché sur le cadavre sans le toucher, admirant alors les dégâts de la haine qui ont poussé cet homme à commettre un tel geste. Les dégât, cette violence aussi soudaine qu'imprévisible. Comme souvent le disent « je ne comprends pas, c'était quelqu'un de tellement gentil » et pourtant, ils sont tous capable de ça. Lorsque les autorités sont venus après la découverte du cadavre, tu t'es alors envolé dans la nuit. Regardant depuis les hauteurs ses gens là pour regarder ses plaies de près et donner leur pronostiques avant d'emporter le cadavre. Faut avouer que l'envie d'y toucher était présente, c'est pourquoi tu es revenu à la rentrée suivante à une faculté de médecine. Le sourire aux lèvres, tel un étudient modèle, te voilà partit pour de longues études.

Il est connu que beaucoup de personnes échouent au début, mais ce n'était pas ton cas, tu provoquait parfois le dégoût, et parfois l'admiration de tes camarades de cours. Certains te trouvaient bizarres, mais ce n'est pas grave, tu as toujours ce sourire qui fait froid dans le dos si on te connaît un minimum. Pourtant, tu savais t'adapter en société finalement, toutes ces autres vies que tu as eut, ces autres nom, cela t'avais permis de te faire la main. Cette fois-ci, ce prénom serait le dernier que tu te donnais. Azael. Tu as passé ces années d'études sans grandes difficulté, tu étais le genre d'homme qui aime la culture et les études, du coup ça passait crème. Additionné à ton espérance de vie qui t'avais donné un savoir naturel plutôt grand. Il n'y avait rien de notable durant ces années, tu as obtenue ton diplôme facilement, tu était une excellent élément, du coup, toutes les portes s'ouvraient à toi. Tu t'es alors renseigné sur le métier qui s'étaient occupés du cadavre ce soir-là et commencé une spécialisation. Faut l'avouer, ce n'est pas forcément la filière la plus demandé, mais qu'importe. De toute façon, après ces longues années d'études qui t'ont occupés quelques années de ta vie, tu as alors pour la première fois exercé. A ce moment-là, tu travaillais encore pour le chef de la morgue de l'hôpital. Tu étais resté dans une grande ville pour espérer trouver des cas plus passionnant, l'endroit étant visiblement le lieux où quelques gangs illégaux se vouent à des pratiques... Illégales. Sans blague.  Tu es resté quelque années. Au début, tu attendais que les cas arrivent, et observait alors la façon de faire de ton supérieur. Puis, tu as voulu le surprendre, et tu as cherché à faire en sorte que ces cas arrivent. Il suffit de trouver des personnes à l'esprit un peu faible, malléable. Et du coup, tu n'as plus qu'à pointer du doigt pour les pousser à agir. Et faut avouer, ça rendait alors les journées plus amusantes. Ton professeur parfois devait te trouver étranges mais qu'importe.

Las d'avoir la deuxième place et te contenter de regarder. Tu as alors utilisé un stratagème pour récupérer la signature de ton supérieur. Pourquoi ? Voyons. Pouvoir écrire un papier à sa place. Tu t'es débarrassé de lui. Il n'avait plus rien à t'apprendre, et lorsque les gens te sont inutiles mais en plus gênant, eh bien tu t'en débarrasse. Comment ? Oh.Je peux t'assurer que personne ne retrouvera jamais rien de cet homme oh non... Un papier parlant de son départ, tu t'es alors retrouvé dans le bureau du Directeur. On te disait jeune, mais vu que tu ne changeais jamais physiquement, ta nature n'était pas un secret pour les grandes tête de l'hôpital. Du coup, on te laissa sans trop de problème le poste de chef de médecine Légiste de l'hôpital. Tu pourrais alors décider de travailler comme tu l'entends. Et faut avouer que tu ne te gênais pas pour garder un lien avec la police criminel, histoire de t'occuper des cas qu'ils peuvent croiser. Au final, tu as réussit à y trouver un rythme de vie qui semblait te convenir et tu trouvais toujours le moyen de rendre ce métier plus passionnant encore en lui apportant de petites variantes. Le temps passa. Tu ne t'en rendais pas trop compte, les gens changeaient autours de toi, mais toi jamais, tu était toujours le jeune homme tout en blanc dans la morgue. Et finalement, il s'avère qu'on pouvait encore te faire des surprise, car tu ne pensais pas un jour qu'on te confierait la responsabilisé d'élèves. Bien qu'assez peu intéressé par leur cas, tu avais fait ce qu'il devait, de toute façon, beaucoup ne voulaient pas rester en ta compagnie, te trouvant certainement trop étrange, voir même simplement à cause de ta nature. Et puis un jour, c'est une hybtide mysdibule qui est arrivée, le sourire aux lèvres. Voilà, ta nouvelle élève était arrivé. Et ta vie éternelle et chaotique continuait pour toi. Toi même tu ne savais pas combien de temps tu resterais encore à ce travail avant de changer par lassitude et bouger à nouveau. Pour l'instant ce n'était pas encore dans tes projets.

Gentil petit joueur •
Pseudo ▬ Raffy
Âge/Date de naissance ▬ Je suis... pané /out/
Comment es-tu arrivé ici petit être ? ▬ Tout est toujours la faute de Kanon c'est la seule chose à retenir -pan-
Votre activité sur le forum sur une échelle de 1 à 10 ? ▬Toujours pareiiil
Ton Pokemon préféré ▬  PAS LES GOUPIX #reproenmasse
Que penses tu du forum ? ▬ Que le staff est so faaaabuleux -pan-
As-tu bien lu le règlement ? ▬ NON



Lyria n'aime pas les truc vide tout blanc ♥️
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://art-moderne-test.forumactif.org
avatar
Test rang

Messages :
199

Date d'inscription :
22/07/2014

Arcane / Pouvoir :
DIEU

Age :
23

J'habite à :
Beaune

Mon Shopping :
Test rang
MessageSujet: Re: Je rentre à ma maison !   Ven 6 Mai - 21:35

 

Ceux qui comptent

“Parce que sans vous je ne suis plus rien”


 

 
Akira Shinki
   
Feunard Shiny
 
« En cours ♥ »




Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Nulla elit nisl, feugiat sed gravida id, porttitor nec magna. Proin quis placerat eros, a consectetur ipsum. Etiam viverra tellus eu ligula cursus, ac tincidunt lacus mollis. Fusce accumsan diam in odio ornare, nec dictum tortor luctus. Aliquam quam libero, posuere sed dignissim ut, blandit ac nisl. Maecenas ullamcorper porta nibh, ac rhoncus ligula tempus quis. Etiam sed accumsan sem. Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Sed interdum, ipsum in sodales luctus, urna dui imperdiet justo, eget pretium dolor nunc id turpis. Pellentesque facilisis nulla eget orci eleifend luctus. Morbi mattis mauris in lacinia posuere. Donec elementum sit amet lectus eget venenatis. Nulla metus lorem, elementum vitae diam ut, ullamcorper vestibulum augue. Integer vel luctus turpis. Pellentesque id viverra sem, ut vestibulum ligula.

Phasellus suscipit libero eget turpis porta, vel condimentum tellus lacinia. Sed tempus malesuada lorem. Ut vehicula ante a metus dignissim tempor. Vivamus volutpat eros vel fermentum vulputate. Aenean a iaculis lorem. Duis quam justo, fringilla in tortor eget, volutpat tincidunt neque. Ut imperdiet consectetur tortor, in porttitor elit varius nec.


Nom prénom
   
type du personnage
 
«lien»




Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Nulla elit nisl, feugiat sed gravida id, porttitor nec magna. Proin quis placerat eros, a consectetur ipsum. Etiam viverra tellus eu ligula cursus, ac tincidunt lacus mollis. Fusce accumsan diam in odio ornare, nec dictum tortor luctus. Aliquam quam libero, posuere sed dignissim ut, blandit ac nisl. Maecenas ullamcorper porta nibh, ac rhoncus ligula tempus quis. Etiam sed accumsan sem. Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Sed interdum, ipsum in sodales luctus, urna dui imperdiet justo, eget pretium dolor nunc id turpis. Pellentesque facilisis nulla eget orci eleifend luctus. Morbi mattis mauris in lacinia posuere. Donec elementum sit amet lectus eget venenatis. Nulla metus lorem, elementum vitae diam ut, ullamcorper vestibulum augue. Integer vel luctus turpis. Pellentesque id viverra sem, ut vestibulum ligula.

Phasellus suscipit libero eget turpis porta, vel condimentum tellus lacinia. Sed tempus malesuada lorem. Ut vehicula ante a metus dignissim tempor. Vivamus volutpat eros vel fermentum vulputate. Aenean a iaculis lorem. Duis quam justo, fringilla in tortor eget, volutpat tincidunt neque. Ut imperdiet consectetur tortor, in porttitor elit varius nec.


 

 
Nom prénom
   
type du personnage
 
«lien»
 

 

 

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Nulla elit nisl, feugiat sed gravida id, porttitor nec magna. Proin quis placerat eros, a consectetur ipsum. Etiam viverra tellus eu ligula cursus, ac tincidunt lacus mollis. Fusce accumsan diam in odio ornare, nec dictum tortor luctus. Aliquam quam libero, posuere sed dignissim ut, blandit ac nisl. Maecenas ullamcorper porta nibh, ac rhoncus ligula tempus quis. Etiam sed accumsan sem. Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Sed interdum, ipsum in sodales luctus, urna dui imperdiet justo, eget pretium dolor nunc id turpis. Pellentesque facilisis nulla eget orci eleifend luctus. Morbi mattis mauris in lacinia posuere. Donec elementum sit amet lectus eget venenatis. Nulla metus lorem, elementum vitae diam ut, ullamcorper vestibulum augue. Integer vel luctus turpis. Pellentesque id viverra sem, ut vestibulum ligula.

Phasellus suscipit libero eget turpis porta, vel condimentum tellus lacinia. Sed tempus malesuada lorem. Ut vehicula ante a metus dignissim tempor. Vivamus volutpat eros vel fermentum vulputate. Aenean a iaculis lorem. Duis quam justo, fringilla in tortor eget, volutpat tincidunt neque. Ut imperdiet consectetur tortor, in porttitor elit varius nec.

 
Nom prénom
   
type du personnage
 
«lien»
 

 

 

 Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Nulla elit nisl, feugiat sed gravida id, porttitor nec magna. Proin quis placerat eros, a consectetur ipsum. Etiam viverra tellus eu ligula cursus, ac tincidunt lacus mollis. Fusce accumsan diam in odio ornare, nec dictum tortor luctus. Aliquam quam libero, posuere sed dignissim ut, blandit ac nisl. Maecenas ullamcorper porta nibh, ac rhoncus ligula tempus quis. Etiam sed accumsan sem. Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Sed interdum, ipsum in sodales luctus, urna dui imperdiet justo, eget pretium dolor nunc id turpis. Pellentesque facilisis nulla eget orci eleifend luctus. Morbi mattis mauris in lacinia posuere. Donec elementum sit amet lectus eget venenatis. Nulla metus lorem, elementum vitae diam ut, ullamcorper vestibulum augue. Integer vel luctus turpis. Pellentesque id viverra sem, ut vestibulum ligula.

 Phasellus suscipit libero eget turpis porta, vel condimentum tellus lacinia. Sed tempus malesuada lorem. Ut vehicula ante a metus dignissim tempor. Vivamus volutpat eros vel fermentum vulputate. Aenean a iaculis lorem. Duis quam justo, fringilla in tortor eget, volutpat tincidunt neque. Ut imperdiet consectetur tortor, in porttitor elit varius nec.





Nom prénom
   
type du personnage
 
«lien»




Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Nulla elit nisl, feugiat sed gravida id, porttitor nec magna. Proin quis placerat eros, a consectetur ipsum. Etiam viverra tellus eu ligula cursus, ac tincidunt lacus mollis. Fusce accumsan diam in odio ornare, nec dictum tortor luctus. Aliquam quam libero, posuere sed dignissim ut, blandit ac nisl. Maecenas ullamcorper porta nibh, ac rhoncus ligula tempus quis. Etiam sed accumsan sem. Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Sed interdum, ipsum in sodales luctus, urna dui imperdiet justo, eget pretium dolor nunc id turpis. Pellentesque facilisis nulla eget orci eleifend luctus. Morbi mattis mauris in lacinia posuere. Donec elementum sit amet lectus eget venenatis. Nulla metus lorem, elementum vitae diam ut, ullamcorper vestibulum augue. Integer vel luctus turpis. Pellentesque id viverra sem, ut vestibulum ligula.

Phasellus suscipit libero eget turpis porta, vel condimentum tellus lacinia. Sed tempus malesuada lorem. Ut vehicula ante a metus dignissim tempor. Vivamus volutpat eros vel fermentum vulputate. Aenean a iaculis lorem. Duis quam justo, fringilla in tortor eget, volutpat tincidunt neque. Ut imperdiet consectetur tortor, in porttitor elit varius nec.


Nom prénom
   
type du personnage
 
«lien»




Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Nulla elit nisl, feugiat sed gravida id, porttitor nec magna. Proin quis placerat eros, a consectetur ipsum. Etiam viverra tellus eu ligula cursus, ac tincidunt lacus mollis. Fusce accumsan diam in odio ornare, nec dictum tortor luctus. Aliquam quam libero, posuere sed dignissim ut, blandit ac nisl. Maecenas ullamcorper porta nibh, ac rhoncus ligula tempus quis. Etiam sed accumsan sem. Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Sed interdum, ipsum in sodales luctus, urna dui imperdiet justo, eget pretium dolor nunc id turpis. Pellentesque facilisis nulla eget orci eleifend luctus. Morbi mattis mauris in lacinia posuere. Donec elementum sit amet lectus eget venenatis. Nulla metus lorem, elementum vitae diam ut, ullamcorper vestibulum augue. Integer vel luctus turpis. Pellentesque id viverra sem, ut vestibulum ligula.

Phasellus suscipit libero eget turpis porta, vel condimentum tellus lacinia. Sed tempus malesuada lorem. Ut vehicula ante a metus dignissim tempor. Vivamus volutpat eros vel fermentum vulputate. Aenean a iaculis lorem. Duis quam justo, fringilla in tortor eget, volutpat tincidunt neque. Ut imperdiet consectetur tortor, in porttitor elit varius nec.

 
© BY LOU' sur Epicode



Lyria n'aime pas les truc vide tout blanc ♥️
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://art-moderne-test.forumactif.org
avatar
Test rang

Messages :
199

Date d'inscription :
22/07/2014

Arcane / Pouvoir :
DIEU

Age :
23

J'habite à :
Beaune

Mon Shopping :
Test rang
MessageSujet: Re: Je rentre à ma maison !   Mar 10 Mai - 8:40
Demandes de Rp

☣ J'écris de manière général à la troisième personne du singulier et ce pour tous mes personnages. Je n'ai aucune préférence quant à la façon d'écrire de mes partenaire.
☣ J'essaye de ne pas dépasser ma limite de rp donné par personnage, après voilà, on sait tous qu'on a du mal à tenir les limites mais je fais de mon mieux. N'hésitez tout de même pas à venir.
☣ J'écris entre 800 et 1000 mots en moyenne pour un Rp. Le contenu peut varier selon la situation, l'inspiration et le partenaire, je n'oblige pas à en faire autant, tant que la limite du forum est là et qu'il y a largement de quoi répondre.
☣ Je peux mettre entre quelques jours pour répondre à je dirais maximum un mois. Cela peut varier selon le nombre de réponse que j'ai à fournir où ce que j'ai à faire de façon IRL. Mais je n'oublie jamais un rp !
☣ J'ai une préférence pour les Rp donnant sur des liens. Tous mes personnages ne sont pas pareils et certains sont plus difficile que d'autres, je vous invite à lire ne serait-ce que la base de caractère de chacun avant de proposer des trucs impossible (je ne mord pas non plus, on peut en parler par Mp et je peux répondre à des questions.)

   
Raffaelo Valentini

Disponible (2/3)
◊ La fierté et l'imagination ▬ Cassidy #5
◊ Une militaire sachant tout faire sauter ▬ Virgil
◊ Quand le passé ressurgit ▬ Kanae Pause

Terminés :
◊ Je suis chez moi partout ▬ Cassidy #1
◊ Le jeu du menteur ▬ Cassidy #2
◊ Je sais pas pourquoi je t'aime pas ▬ Fuyuki #1
◊ La différence entre un Raffaelo et un boomerang ▬ Cassidy #3
◊ Il n'y a pas de sous métier ▬ Axis
◊ Mégalomane + Mégalomane ▬ Oswald #1
◊ La fin de l'histoire ? ▬ Cassidy #4
◊ Frapper c'est une marque d'affection ▬ Doppo #1

Réservés:
Doppo #2 ▬ Fuyuki #2 ▬ Oswald #2 ▬ Axis #2 ? ▬ Shades
R. Shin «Reshiram» Ramsey

Indisponible (9/4) + Event
◊ Shishi is coming ▬ Kanon #1
◊ Bonjour je vais te manger ▬ Elros
◊ Rencontre entre les tombes ▬ Shades
◊ La connerie est immortelle ▬ Dahlia
◊ Clarity ▬ Sirius
◊ Shall I give you dis pear ? ▬ Izumi
◊ Pitoyables retrouvailles ▬ Mihaël
◊ Qui a dit que les Légendaires n'existaient pas ? ▬ Axel
◊ Je voudrais un château de sable ▬ Berlioz
◊ Event St-Valentin ▬ Shades

Terminés :
◊ La vie est trop longue pour ne pas en profiter ▬ Akira #1
◊ Un enfant sauvage apparaît ▬ Noa
◊ Quand l'appétit va tout va ▬ Azura
◊ Les temps changent et nous aussi ▬ Kazuko

Réservés:
John ▬ Akira #2 ▬ Daeren ? ▬ Azura #2
Ayden W. Lorentz

Indisponible (6/4)
◊ Donne moi la définition du mot sourire ▬ Ame Pause ?
◊ Que le temps passe vite ▬ Nemiane
◊ Poutou & Course-poursuite ▬ Réfia
◊ Yo-oh Yo-oh, a pirate life for me ▬ Cassidy
◊ Run until the stars fall in your eyes ▬ Antigone
◊ Un costume suffit à nous faire devenir ce qu'on veut ▬ Clara
◊ Tout était toujours pour toi... ▬ Virgil #2

Terminés :
◊ Ce n'est pas une fugue ! ▬ Virgil #1
◊ Un simple regard posé sur une fleur ▬ Rose-Marie #1

Réservés:
Rose-Marie #2 ▬ Azilys ?
Mikelangelo A. Kirilichev

Indisponible (6/4)
◊ J'aime pas les enfants ▬ Cerise
◊ T'allais bosser ? Ahah loupé~ ▬ Opal
◊ J'aime pas travailler ▬ Heiji
◊ You shall not pass ! ▬ Illias
◊ Nawak Party ▬ Réfia
◊ Quand tu dois surveiller deux gosses ▬ Winter

Terminés :
◊ La normalité c'est tellement surfait ▬ Saphire

Réservés:
Oswald ▬ Fuyuki
Yuuna

Disponible (2/3)
◊ Perdu ? Non juste perdu de vue momentanément ▬ Akira #2
◊ Je crois que je suis perdue ▬ Elliot

Terminés :
◊ Sourire peut changer une journée ▬ Akira #1

Réservés:
Félicie
C. H. Azael O. Sytry

Indisponible


Terminés :


Réservés:
...
Codage par Kynaeku de LibreGraph'


Code:
   <center><div style="width:500px; background-color:#DEDEDE; border-right: 5px #06323B solid;border-left: 5px #06323B solid; box-shadow: 2px 2px 2px 2px #06323B ;"><div style="text-align:center; font-family:georgia; color:#06323B; font-size:36px; padding-top:15px; text-shadow: 2px 2px 2px #06323B; letter-spacing:-3px;"><i>Prénom P² Nom</i></div><br><br><br><table cellspacing="20px"><tbody><tr><td><div style="width:300px; height:150px;"><div style="overflow:auto; text-align:justify; font-family:helvetica; color:#8A635C; height:150px; line-height:10px; font-size:11px; margin-left:30px;"><span style="font-variant:small-caps;">☣ Nom:</span> ICI<br>
    <span style="font-variant:small-caps;">☣ Prénom:</span> ICI<br>
    <span style="font-variant:small-caps;">☣ Âge:</span> ICI<br>
    <span style="font-variant:small-caps;">☣ Origines:</span> ICI<br>
    <span style="font-variant:small-caps;">☣ Statut:</span> ICI<br>
    <span style="font-variant:small-caps;">☣ Emploi:</span> ICI<br></div></div></td><td><div style="width:130px; height:150px; margin-top:-100px;"><div style="border-radius:10px;">
    <img src="http://img15.hostingpics.net/pics/543081ReijiTakedaIcon.png" style="border-radius:60px; width:120px; height:120px;">
    </div></div></td></tr></tbody></table><a href="http://"><div style="width:450px; background-color:#06323B; text-align:center; font-family:helvetica; color:#FFFFFF; height:14px; line-height:14px; font-size:11px; font-variant:small-caps; letter-spacing:2px;">Lisez ma fiche pour plus d'infos</div></a><table cellspacing="20px"><tbody><tr><td><div style="width:300px; height:120px;"><div style="overflow:auto; text-align:justify; font-family:helvetica; color:#8A635C; height:120px; line-height:12px; font-size:11px; margin-right:20px;">Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Vivamus sagittis, erat a molestie laoreet, nibh nisl fringilla velit, vitae eleifend lorem neque eget quam. Vivamus gravida nunc in velit tristique porttitor. Cras sed lectus id odio volutpat blandit. Sed viverra mauris at arcu vestibulum, ac lacinia elit lobortis. Ut rutrum eleifend velit a sagittis. Aenean purus tellus, accumsan sit amet mauris ac, facilisis convallis nulla. Pellentesque id condimentum ipsum. Nullam luctus felis eget commodo posuere. Sed blandit tortor id risus tincidunt, id rutrum nulla faucibus. Sed dolor turpis, tincidunt non odio id, cursus pulvinar libero. Cum sociis natoque penatibus et magnis dis parturient montes, nascetur ridiculus mus. Curabitur adipiscing purus ac justo consequat, et accumsan leo posuere.   </div></div></td><td><div style="width:120px; height:120px;"><div style="overflow:auto; text-align:justify; font-family:helvetica; color:#8A635C; height:120px; line-height:12px; font-size:11px;">Ici tu peux ajouter une suite de défauts et de qualités, ou dire si tu es ouvert aux demandes ou pas. A ta guise !</div></div></td></tr></tbody></table><div style="width:450px; background-color:#06323B; text-align:center; font-family:helvetica; color:#FFFFFF; height:14px; line-height:14px; font-size:11px; font-variant:small-caps; letter-spacing:2px;">Mes recherches</div><br><div style="text-align:justify; font-family:helvetica; color:#8A635C; line-height:12px; font-size:11px; margin-left:20px;">♀ - <b>Titre du lien</b> ; Description<br><br>♂ - <b>Titre du lien</b> ; Description<br><br></div><br><div style="text-align:center; font-family:helvetica; color:#06323B; font-size:10px; letter-spacing:-1px; opacity:0.3;">Codage par Kynaeku de LibreGraph'</div></center>



Lyria n'aime pas les truc vide tout blanc ♥️
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://art-moderne-test.forumactif.org
avatar
Test rang

Messages :
199

Date d'inscription :
22/07/2014

Arcane / Pouvoir :
DIEU

Age :
23

J'habite à :
Beaune

Mon Shopping :
Test rang
MessageSujet: Re: Je rentre à ma maison !   Dim 17 Juil - 18:28

Historia
Año 2014. Kansas, Estados Unidos.

Cet homme allait l'apprendre à ses dépend, avec Raffy, on en prend souvent pour son grade, en même temps, le contraire venant de lui serait presque bizarre, il cherche toujours la merde, à tester. Et même sans tester, c'est plus fort que lui, il se sent obligé de balancer des petites piques. Monsieur était un gentil héros ? Sauveur de la veuve et de l'orphelin ? C'était là une raison plus que suffisante et ridicule aux yeux du Valentini pour qu'il se moque de vous en fait. Il n'aime pas les gens trop gentils, il les trouve détestable, voir même tout simplement con. Avec en plus cette manie de vouloir se mêller de ce qu'ils ne les regardaient pas. Est-ce que le jeune hybride en faisait partit ? Assurément. Dans un sens, cela lui donnait certainement un certain courage qui sortait d'on ne sait où, lui permettant alors de faire face à l'ex-militaire, au lieux de simplement retourner dans son coin et faire comme s'il n'avait rien entendu. En fait, il les détestait autant qu'il adorait s'amuser d'eux. En rire. Et même si à ce genre de personne il manquait un humour crucial selon le Valentini pour bien s'amuser, ce n'était pas le cas de cet homme qui visiblement n'en manquait pas. Ahah. Un barbecue ? En voilà une super idée, c'est pile le genre de truc à dire aux forces de l'ordres, il était certain qu'elles apprécieraient. D'ailleurs, il ne s'est pas gêné pour rire un bon coup à ce qu'il avait dit, comme s'il venait de lui raconter une blague.

« Ahah ! Une barbecue. Tu as de l'humour, c'est bien, ça t'apporte quelque chose. J'ai cru que tu n'avais rien pour toi mon pauvre. Mais ça va, finalement tu sauves les meubles. C'est bien sûr le genre de truc à dire si jamais on t'interoge dans ce genre de situation mon gars, tu sauras quoi faire la première fois.

C'est ça, fait comme si tu étais en train de parler à un petit garçon et que tu lui apprenais les bases du métier. C'est pas du tout comme s'il se disait très certainement qu'il livrerait bien notre homme à la police histoire qu'il croupisse un peu en prison, il en était terriblement désolé pour lui, mais c'était tout sauf dans ses projets en fait. Là tout de suite ? Se barrer était une bonne idée, mais en fait il était décidement très drôle. Il aurait faut une belle carrière dans l'armée d'Unys ? Quelle belle vision d'eux. C'est marrant, c'est rapidement les méchants contre les gentils. S'il était du genre plus philosophe, notre homme pourrait facilemenr parler du nombre d'humain qui craignent les hybrides pour des raisons plus ou moins justifiés, qui ont leur vie à Unys sans chercher d'histoire, et que les vilains hybrides viennent sans cesse leur retirer leur famille ou autre. Ah. Qu'ils sont idiots. Au final, personne n'est tout blanc ni tout noir. Quoique. Le Valentini on pourrait se demander ce qu'il y a de blanc chez lui, voir même simplement gris. Mais là n'est pas la question, lui il assumait. Il était égoiste et ne se prenait pas pour le sauveur. Il en riait, encore une fois. Décidement, que d'humour ce soir, finalement il aurait dû rapporter les saucisses pour réellement les faire griller par ici en sa compagnie, il aurait alors pu lui raconter d'autres blagues de toto. Mais tant pis. Au lieux de ça, il se garda donc bien de dire pour l'instant qu'il en avait fait partit, de toute façon, ça ne le regardait pas, c'est ce qu'il se disait. Ce n'était plus le cas de toute façon alors quelle importance. Non sans avoir montré son oeuvre à son nouveau compagnon de la soirée, ce dernier était drôle, mais pas apte à comprendre sa passion pour ce genre de joujou. Que c'était triste. Il en haussa les épaules par dépit.

« Vraiment tu ne comprends rien. On dirait un disque rayé bloqué sur l'histoire des gentils hybrides et des méchants humains. Mon pauvre. Tu me ferais presque verser une larme.... Ou pas en fait. Mais ce genre de comportement venant d'un homme d'Hoenn ça ne m'étonne même pas, l'armée de faux cul j'm'en souviens bien vous étiez amusant. Mais bon. Je suppose que de toute façon celle d'Unys en mode lèche-cul n'est pas mieux.

Bien renseigné non ? Ben oui, quand on a fait partit d'une des deux armées hein. Après, lui n'a jamais servit personne, aucune cause, aucune envie. Juste... Parce qu'il le fallait, puis par amusement. Obtenir le grade qu'il voulait pour mieux s'amuser, en voilà d'un drôle de but. Pourtant c'est certainement parce qu'il voyait trop pour lui-même que pour la cause de la région qu'il servait qu'on la expulsé. Bah. Comme s'il allait en être triste. Mais en fait, après réflexion cela le rendait presque curieux de pourquoi cet homme ne faisait plus partit de la dite armée. Mais bon. Puisque des gens approchait, ce n'était visiblement plus trop l'heure à la discution là tout de suite. Peut-être une autre fois ? En tout cas, là tout de suite, le Valentini ne comptait pas rester dans le coin et proposer le dit barbecue. Alors il haussa les épaules.

« C'est quand même pas ma faute si vous aviez tous décidé de faire du camping ce soir-là dans le coin. Eh ouais. Faut dormir à la maison.

Parce que oui, c'était forcément des campeurs du coin hein, ça ne pouvait pas être autre chose -enfin.. en fait il n'en sait rien après tout on ne peut être sûr à 100%-. Mais au lieux de ça, une idée lui germa bien rapidement dans son esprit. Et quand Raffaelo a une idée, vaut mieux s'en méfier, n'est-ce pas monsieur le héros ? Oh. Mais il ne le sait pas encore, apprenons-lui. Le jeune homme leva alors les mains, l'air soudainement résigné. Quel acteur.

« Ok ok, moi et mon complice on se rend. Baissez vos armes.

Oui, il parlait bien à ce qu'il y avait là, derrière le brun. A cette personne qui les menaçait avec une flingue l'air fâchée et... Non en fait y a personne. Mais de toute façon il ne lui avait fallut que quelque secondes pour d'un geste vif, digne de son entraînement de militaire -eh ouais, Virgil n'est pas le seul bg qui portait un uniforme !- pour réduire la distance entre les deux et d'un geste adroit lui attraper un poignet avec des menottes -il a de tout dans son sac ce type...- et accrocher l'autre moitié à une branche un peu plus haut. Et voilà le travail. Mais loin d'être un idiot, Raffy se doudait bien que ce genre de truc n'allait pas l'entraver bien longtemps. C'est pourquoi il lui fit un signe de la main tout en s'éloignant dans le sens opposée à grandes et légères foulées.

« Allez passe leur donc le bonsoir de ma part. Et dit bien comment on a fait un barbecue ici hein !

Il ne se gêna pas pour rire en tout cas. Quel con. En tout cas, le voilà en train de courir de façon agile à travers les bois, semblant savoir où il allait. Allez, s'il tombait sur un type vol peut-être qu'il le recroiserait. Il verrait bien. Si ça se trouve on allait l'accuser. Allez savoir, toujours est-il que c'était pour lui un peu l'art de se trouver au mauvais endroit au mauvais moment ahah.
© HARDROCK

Code:
<center><link href='https://fonts.googleapis.com/css?family=Roboto:400,300,500,700' rel='stylesheet' type='text/css'><div style="padding: 8px; background: #19342b; width: 550px;"><div style="width: 500px; padding: 10px; background: #e8ebe4; border-left: 20px solid #A9BCF5; color: #0d0d0d;"><div style="width: 500px; height: 230px; background:url('http://image.noelshack.com/fichiers/2016/28/1468775592-tumblr-moxjvwoozt1rlliouo1-500.gif'); -webkit-filter: grayscale(100%);"></div><br><div style="font-family: roboto; text-transform: uppercase; letter-spacing: 4px; font-size: 20px; font-weight: bold;">Historia</div><div style="font-family: roboto; text-transform: uppercase; letter-spacing: 5px; font-size: 10px; font-weight: bold;">Año 2014. Kansas, Estados Unidos.</div><br><div style="font-family: roboto; font-size: 12px; text-align: justify; line-height: 110%;">Cet homme allait l'apprendre à ses dépend, avec Raffy, on en prend souvent pour son grade, en même temps, le contraire venant de lui serait presque bizarre, il cherche toujours la merde, à tester. Et même sans tester, c'est plus fort que lui, il se sent obligé de balancer des petites piques. Monsieur était un gentil héros ? Sauveur de la veuve et de l'orphelin ? C'était là une raison plus que suffisante et ridicule aux yeux du Valentini pour qu'il se moque de vous en fait. Il n'aime pas les gens trop gentils, il les trouve détestable, voir même tout simplement con. Avec en plus cette manie de vouloir se mêller de ce qu'ils ne les regardaient pas. Est-ce que le jeune hybride en faisait partit ? Assurément. Dans un sens, cela lui donnait certainement un certain courage qui sortait d'on ne sait où, lui permettant alors de faire face à l'ex-militaire, au lieux de simplement retourner dans son coin et faire comme s'il n'avait rien entendu. En fait, il les détestait autant qu'il adorait s'amuser d'eux. En rire. Et même si à ce genre de personne il manquait un humour crucial selon le Valentini pour bien s'amuser, ce n'était pas le cas de cet homme qui visiblement n'en manquait pas. Ahah. Un barbecue ? En voilà une super idée, c'est pile le genre de truc à dire aux forces de l'ordres, il était certain qu'elles apprécieraient. D'ailleurs, il ne s'est pas gêné pour rire un bon coup à ce qu'il avait dit, comme s'il venait de lui raconter une blague.

« Ahah ! Une barbecue. Tu as de l'humour, c'est bien, ça t'apporte quelque chose. J'ai cru que tu n'avais rien pour toi mon pauvre. Mais ça va, finalement tu sauves les meubles. C'est bien sûr le genre de truc à dire si jamais on t'interoge dans ce genre de situation mon gars, tu sauras quoi faire la première fois.

C'est ça, fait comme si tu étais en train de parler à un petit garçon et que tu lui apprenais les bases du métier. C'est pas du tout comme s'il se disait très certainement qu'il livrerait bien notre homme à la police histoire qu'il croupisse un peu en prison, il en était terriblement désolé pour lui, mais c'était tout sauf dans ses projets en fait. Là tout de suite ? Se barrer était une bonne idée, mais en fait il était décidement très drôle. Il aurait faut une belle carrière dans l'armée d'Unys ? Quelle belle vision d'eux. C'est marrant, c'est rapidement les méchants contre les gentils. S'il était du genre plus philosophe, notre homme pourrait facilemenr parler du nombre d'humain qui craignent les hybrides pour des raisons plus ou moins justifiés, qui ont leur vie à Unys sans chercher d'histoire, et que les vilains hybrides viennent sans cesse leur retirer leur famille ou autre. Ah. Qu'ils sont idiots. Au final, personne n'est tout blanc ni tout noir. Quoique. Le Valentini on pourrait se demander ce qu'il y a de blanc chez lui, voir même simplement gris. Mais là n'est pas la question, lui il assumait. Il était égoiste et ne se prenait pas pour le sauveur. Il en riait, encore une fois. Décidement, que d'humour ce soir, finalement il aurait dû rapporter les saucisses pour réellement les faire griller par ici en sa compagnie, il aurait alors pu lui raconter d'autres blagues de toto. Mais tant pis. Au lieux de ça, il se garda donc bien de dire pour l'instant qu'il en avait fait partit, de toute façon, ça ne le regardait pas, c'est ce qu'il se disait. Ce n'était plus le cas de toute façon alors quelle importance. Non sans avoir montré son oeuvre à son nouveau compagnon de la soirée, ce dernier était drôle, mais pas apte à comprendre sa passion pour ce genre de joujou. Que c'était triste. Il en haussa les épaules par dépit.

« Vraiment tu ne comprends rien. On dirait un disque rayé bloqué sur l'histoire des gentils hybrides et des méchants humains. Mon pauvre. Tu me ferais presque verser une larme.... Ou pas en fait. Mais ce genre de comportement venant d'un homme d'Hoenn ça ne m'étonne même pas, l'armée de faux cul j'm'en souviens bien vous étiez amusant. Mais bon. Je suppose que de toute façon celle d'Unys en mode lèche-cul n'est pas mieux.

Bien renseigné non ? Ben oui, quand on a fait partit d'une des deux armées hein. Après, lui n'a jamais servit personne, aucune cause, aucune envie. Juste... Parce qu'il le fallait, puis par amusement. Obtenir le grade qu'il voulait pour mieux s'amuser, en voilà d'un drôle de but. Pourtant c'est certainement parce qu'il voyait trop pour lui-même que pour la cause de la région qu'il servait qu'on la expulsé. Bah. Comme s'il allait en être triste. Mais en fait, après réflexion cela le rendait presque curieux de pourquoi cet homme ne faisait plus partit de la dite armée. Mais bon. Puisque des gens approchait, ce n'était visiblement plus trop l'heure à la discution là tout de suite. Peut-être une autre fois ? En tout cas, là tout de suite, le Valentini ne comptait pas rester dans le coin et proposer le dit barbecue. Alors il haussa les épaules.

« C'est quand même pas ma faute si vous aviez tous décidé de faire du camping ce soir-là dans le coin. Eh ouais. Faut dormir à la maison.

Parce que oui, c'était forcément des campeurs du coin hein, ça ne pouvait pas être autre chose -enfin.. en fait il n'en sait rien après tout on ne peut être sûr à 100%-. Mais au lieux de ça, une idée lui germa bien rapidement dans son esprit. Et quand Raffaelo a une idée, vaut mieux s'en méfier, n'est-ce pas monsieur le héros ? Oh. Mais il ne le sait pas encore, apprenons-lui. Le jeune homme leva alors les mains, l'air soudainement résigné. Quel acteur.

« Ok ok, moi et mon complice on se rend. Baissez vos armes.

Oui, il parlait bien à ce qu'il y avait là, derrière le brun. A cette personne qui les menaçait avec une flingue l'air fâchée et... Non en fait y a personne. Mais de toute façon il ne lui avait fallut que quelque secondes pour d'un geste vif, digne de son entraînement de militaire -eh ouais, Virgil n'est pas le seul bg qui portait un uniforme !- pour réduire la distance entre les deux et d'un geste adroit lui attraper un poignet avec des menottes -il a de tout dans son sac ce type...- et accrocher l'autre moitié à une branche un peu plus haut. Et voilà le travail. Mais loin d'être un idiot, Raffy se doudait bien que ce genre de truc n'allait pas l'entraver bien longtemps. C'est pourquoi il lui fit un signe de la main tout en s'éloignant dans le sens opposée à grandes et légères foulées.

« Allez passe leur donc le bonsoir de ma part. Et dit bien comment on a fait un barbecue ici hein !

Il ne se gêna pas pour rire en tout cas. Quel con. En tout cas, le voilà en train de courir de façon agile à travers les bois, semblant savoir où il allait. Allez, s'il tombait sur un type vol peut-être qu'il le recroiserait. Il verrait bien. Si ça se trouve on allait l'accuser. Allez savoir, toujours est-il que c'était pour lui un peu l'art de se trouver au mauvais endroit au mauvais moment ahah.
</div></div></div><a style="font-size: 10px; color: #000;" href="http://thecaptainknowsbest.tumblr.com/">© HARDROCK</a></center>



Lyria n'aime pas les truc vide tout blanc ♥️
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://art-moderne-test.forumactif.org
avatar
Test rang

Messages :
199

Date d'inscription :
22/07/2014

Arcane / Pouvoir :
DIEU

Age :
23

J'habite à :
Beaune

Mon Shopping :
Test rang
MessageSujet: Re: Je rentre à ma maison !   Jeu 13 Oct - 21:59
This life is filled with hurt when happiness doesn't work.
Pain without love, pain can't get enough, pain I like it rough 'cause I'd rather feel pain than nothing at all ••• L'écoeurante mélasse de mes pensées s'échappe peu à peu en quelques volutes de fumées. Elles se tordent et me rappellent mon instinct premier. Le chanvre brûlé m'apaise, lentement, je m'évade loin des autres. Loin de cette humanité qui fait qu'on en oublie d'être humains. Notre bipédie nous a rendus prétentieux et pourris à l'intérieur. Je vendrais au diable tout le matérialisme humain, tout ce qui fait qu'on est des terroristes de nature, tous les liens qui nous unissent juste pour qu'on en ai plus rien à foutre. L'Homme est dégueulasse. J'veux courir à poil dans les près et m'abreuver de l'eau qui nous tombe du ciel. J'veux me laver dans une rivière glaciale et bouffer de l'herbe comme une chèvre. Mais j'suis coincé dans cette décharge de connerie humaine où on me fout jamais la paix.
Je tire encore sur ce cône aux merveilles avant de le passer à mon voisin que j'ai oublié l'espace d'un instant. Je pose ma tête contre les briques polluées pour le regarder. Il n'a jamais vraiment eu d'ambition dans la vie mis à part celle de se laisser aller au tourbillon immaculé de tous ces nuages que la dope nous apporte immanquablement.
Nous n'avons pas les mêmes idéaux, il est bien trop accroché pour ça. Il s'emmerde encore trop à avoir de l'espoir pour la nature humaine, moi j'ai vite compris qu'elle était moisie, elle est juste bonne pour finir cramée et répandue dans le grand canyon.
Mes yeux mi-écarlates et vitreux glissent une vue floue sur son air de soumission maladive, il a peint son visage de gris pour toujours. Il se fane, il se fade, très lentement il perd la surface de vue. Tant de passivité dans son comportement, tellement, tellement pathétique. J'veux le frapper jusqu'à ce qu'il sorte la tête de l'eau. J'veux le secouer pour qu'il respire comme si c'était la première fois qu'il trouvait l'oxygène.
Il vieillira avant l'âge, ça m'écarte de lui. J'veux vivre ma jeunesse et crever à l'apogée. Foncer dans le mur de toutes mes forces et mourir à trente ans.
L'écoeurante mélasse de mes pensées s'échappe peu à peu en quelques volutes de fumées. Elles se tordent et me rappellent mon instinct premier. Le chanvre brûlé m'apaise, lentement, je m'évade loin des autres. Loin de cette humanité qui fait qu'on en oublie d'être humains. Notre bipédie nous a rendus prétentieux et pourris à l'intérieur. Je vendrais au diable tout le matérialisme humain, tout ce qui fait qu'on est des terroristes de nature, tous les liens qui nous unissent juste pour qu'on en ai plus rien à foutre. L'Homme est dégueulasse. J'veux courir à poil dans les près et m'abreuver de l'eau qui nous tombe du ciel. J'veux me laver dans une rivière glaciale et bouffer de l'herbe comme une chèvre. Mais j'suis coincé dans cette décharge de connerie humaine où on me fout jamais la paix.
Je tire encore sur ce cône aux merveilles avant de le passer à mon voisin que j'ai oublié l'espace d'un instant. Je pose ma tête contre les briques polluées pour le regarder. Il n'a jamais vraiment eu d'ambition dans la vie mis à part celle de se laisser aller au tourbillon immaculé de tous ces nuages que la dope nous apporte immanquablement.
Nous n'avons pas les mêmes idéaux, il est bien trop accroché pour ça. Il s'emmerde encore trop à avoir de l'espoir pour la nature humaine, moi j'ai vite compris qu'elle était moisie, elle est juste bonne pour finir cramée et répandue dans le grand canyon.
Mes yeux mi-écarlates et vitreux glissent une vue floue sur son air de soumission maladive, il a peint son visage de gris pour toujours. Il se fane, il se fade, très lentement il perd la surface de vue. Tant de passivité dans son comportement, tellement, tellement pathétique. J'veux le frapper jusqu'à ce qu'il sorte la tête de l'eau. J'veux le secouer pour qu'il respire comme si c'était la première fois qu'il trouvait l'oxygène.
Il vieillira avant l'âge, ça m'écarte de lui. J'veux vivre ma jeunesse et crever à l'apogée. Foncer dans le mur de toutes mes forces et mourir à trente ans.  
© 2981 12289 0
Code:
<style>contrpgg {display: block; margin: auto; width: 480px; text-align:justify; font-family:verdana; font-size:12px; line-height:14px;} titrerp1gg {color: #571726; display: block; font-family: serif, courier new; font-size: 25px; line-height: 20px; margin: 3px auto auto; text-align: center; text-shadow: 1px 1px 1px #000; text-transform: uppercase; width: 488px;} .imagerpgg {box-shadow: 1px 1px 5px #000; float: left; margin-right: 13px; width: 170px;} contrpgg i {color: #211528; font-family: georgia; font-size: 12px;} contrpgg b {color:firebrick;} credimggg {display: block; font-family:serif; font-size: 9px; margin: auto; padding: 2px; text-align: center; width: 100%;}</style><contrpgg><titrerp1gg>This life is filled with hurt when happiness doesn't work.</titrerp1gg>
<img src="http://image.noelshack.com/fichiers/2016/41/1476392312-sans-titre-3.png" class="imagerpgg"/><i>Pain without love, pain can't get enough, pain I like it rough 'cause I'd rather feel pain than nothing at all</i> <b>•••</b> L'écoeurante mélasse de mes pensées s'échappe peu à peu en quelques volutes de fumées. Elles se tordent et me rappellent mon instinct premier. Le chanvre brûlé m'apaise, lentement, je m'évade loin des autres. Loin de cette humanité qui fait qu'on en oublie d'être humains. Notre bipédie nous a rendus prétentieux et pourris à l'intérieur. Je vendrais au diable tout le matérialisme humain, tout ce qui fait qu'on est des terroristes de nature, tous les liens qui nous unissent juste pour qu'on en ai plus rien à foutre. L'Homme est dégueulasse. J'veux courir à poil dans les près et m'abreuver de l'eau qui nous tombe du ciel. J'veux me laver dans une rivière glaciale et bouffer de l'herbe comme une chèvre. Mais j'suis coincé dans cette décharge de connerie humaine où on me fout jamais la paix.
Je tire encore sur ce cône aux merveilles avant de le passer à mon voisin que j'ai oublié l'espace d'un instant. Je pose ma tête contre les briques polluées pour le regarder. Il n'a jamais vraiment eu d'ambition dans la vie mis à part celle de se laisser aller au tourbillon immaculé de tous ces nuages que la dope nous apporte immanquablement.
Nous n'avons pas les mêmes idéaux, il est bien trop accroché pour ça. Il s'emmerde encore trop à avoir de l'espoir pour la nature humaine, moi j'ai vite compris qu'elle était moisie, elle est juste bonne pour finir cramée et répandue dans le grand canyon.
Mes yeux mi-écarlates et vitreux glissent une vue floue sur son air de soumission maladive, il a peint son visage de gris pour toujours. Il se fane, il se fade, très lentement il perd la surface de vue. Tant de passivité dans son comportement, tellement, tellement pathétique. J'veux le frapper jusqu'à ce qu'il sorte la tête de l'eau. J'veux le secouer pour qu'il respire comme si c'était la première fois qu'il trouvait l'oxygène.
Il vieillira avant l'âge, ça m'écarte de lui. J'veux vivre ma jeunesse et crever à l'apogée. Foncer dans le mur de toutes mes forces et mourir à trente ans.
L'écoeurante mélasse de mes pensées s'échappe peu à peu en quelques volutes de fumées. Elles se tordent et me rappellent mon instinct premier. Le chanvre brûlé m'apaise, lentement, je m'évade loin des autres. Loin de cette humanité qui fait qu'on en oublie d'être humains. Notre bipédie nous a rendus prétentieux et pourris à l'intérieur. Je vendrais au diable tout le matérialisme humain, tout ce qui fait qu'on est des terroristes de nature, tous les liens qui nous unissent juste pour qu'on en ai plus rien à foutre. L'Homme est dégueulasse. J'veux courir à poil dans les près et m'abreuver de l'eau qui nous tombe du ciel. J'veux me laver dans une rivière glaciale et bouffer de l'herbe comme une chèvre. Mais j'suis coincé dans cette décharge de connerie humaine où on me fout jamais la paix.
Je tire encore sur ce cône aux merveilles avant de le passer à mon voisin que j'ai oublié l'espace d'un instant. Je pose ma tête contre les briques polluées pour le regarder. Il n'a jamais vraiment eu d'ambition dans la vie mis à part celle de se laisser aller au tourbillon immaculé de tous ces nuages que la dope nous apporte immanquablement.
Nous n'avons pas les mêmes idéaux, il est bien trop accroché pour ça. Il s'emmerde encore trop à avoir de l'espoir pour la nature humaine, moi j'ai vite compris qu'elle était moisie, elle est juste bonne pour finir cramée et répandue dans le grand canyon.
Mes yeux mi-écarlates et vitreux glissent une vue floue sur son air de soumission maladive, il a peint son visage de gris pour toujours. Il se fane, il se fade, très lentement il perd la surface de vue. Tant de passivité dans son comportement, tellement, tellement pathétique. J'veux le frapper jusqu'à ce qu'il sorte la tête de l'eau. J'veux le secouer pour qu'il respire comme si c'était la première fois qu'il trouvait l'oxygène.
Il vieillira avant l'âge, ça m'écarte de lui. J'veux vivre ma jeunesse et crever à l'apogée. Foncer dans le mur de toutes mes forces et mourir à trente ans.  </contrpgg><credimggg><a href="http://2981122890.tumblr.com/">© 2981 12289 0</a></credimggg>



Lyria n'aime pas les truc vide tout blanc ♥️
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://art-moderne-test.forumactif.org
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Je rentre à ma maison !   
Revenir en haut Aller en bas
 
Je rentre à ma maison !
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» A - Je rentre à la maison
» Avis personelle et du juri
» Présage ou pas ? (pigeon)
» Ma maison de campagne, j'ai rentré les chevaux
» Vos peurs, vos frayeurs....

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Je suis de l'art Moderne ! :: Rp :: Sinnoh-